Journée du personnel d'entretien: à 68 ans, Marie-Paule n'a toujours pas rangé son tablier

Marie-Paule a 68 ans mais elle continue de travailler.
Marie-Paule a 68 ans mais elle continue de travailler. - © Marie-Anne Brilot

C'est la journée du personnel d'entretien ce mardi. Ils sont environ 200 000 à travailler dans ce secteur dans notre pays, des femmes pour une grande majorité. C'est le cas de Marie-Paule, dans la région de Mons.

Marie-Paule a 68 ans, mais elle continue à nettoyer des bureaux avec le sourire. Même si elle le constate : elle doit souvent se dépêcher pour effectuer son travail. "On doit courir, explique-t-elle. Il y a donc parfois des choses qu'on néglige peut-être. Mais on réduit le temps parce que le client veut payer moins cher."

"J'ai dû emballer un million de francs"

Pour son travail, Marie-Paule est payée un peu plus de 10 euros bruts de l'heure. Mais ne comptez pas sur elle pour se plaindre. Son souhait, c'est surtout qu'on respecte son travail. "Souvent les gens ne font pas attention. Ils passent à travers tout. On marche où ça a été nettoyé, où il y a de l'eau. On a parfois l'impression de gêner."

Des anecdotes, Marie-Paule en collectionne depuis plus de 30 ans. Elle travaille dans des banques surtout. Un jour, c'est devant des gendarmes qu'elle s'est retrouvée. "Pour payer une rançon, j'ai dû emballer un million de francs. J'avais les jambes qui tremblaient... Il y a d'autres anecdotes plus comiques aussi." 

Marie-Paule se donne encore un peu de temps avant de raccrocher son tablier. Elle a la santé et l'envie d'être en contact avec les autres. "Quand on travaille toujours au même endroit, ça devient une famille. On fait presque partie des meubles", sourit-elle.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir