Jardins partagés à Charleroi: verdure, cohésion sociale et saine alimentation

L’idée se répand de plus en plus dans les environs de Charleroi. Les jardins partagés ont la cote et les autorités communales y voient une manière de rendre plus verte l’image de la ville. La volonté est aussi d’accentuer la cohésion sociale.

Le jardinage a de nombreuses vertus pour réinsérer des personnes souvent mises à l’écart de la société. Grâce à des gestes simples et le travail de la terre, les initiés profitent du calme apaisant propre au lieu.

"C’est un sentiment de bien-être qui nous envahit. Nous avons l’impression d’être utiles, de faire quelque chose d’utile", nous explique l’un des participants.

Deux fois par semaine, parfois plus, les membres de l’association "Solidarités Nouvelles" se rendent dans ce jardin partagé situé à Jumet. Pour Mathieu Charlier, responsable de l’atelier jardinage, le site sert essentiellement d’outil pour recréer du lien : "Cela permet aussi aux gens de s’alimenter de manière plus saine à un coût quasi nul. Et de redécouvrir la nature via les fruits et les légumes", ajoute-t-il.

"L’objectif poursuivi est clairement atteint"

Il existe bien d’autres sites de ce type dans les alentours de Charleroi, comme, par exemple, la Maison des jeunes de Couillet qui a créé son propre jardin. L’objectif était d’aplanir les tensions entre les jeunes et les riverains.

"Le projet fonctionne bien même s’il a été à l’arrêt l’hiver passé à cause de la météo", explique Johanna Larcheron, la coordinatrice. "Mais les habitants reviennent se renseigner afin de savoir quand le projet va reprendre. L’objectif poursuivi est clairement atteint."

Les jardins partagés permettent également de développer une politique davantage axée sur le bio et le développement durable. Le réseau Jaquady de la cellule "cohésion sociale et participation" de la ville a apporté son aide dans la création de ce site.

Le réseau recense douze jardins nichés à Charleroi et ses alentours. Une tendance qui est d’ailleurs en augmentation selon l'une des responsables.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK