ISPPC Charleroi: le président du CA veut rassurer les travailleurs inquiets

Nicolas Tzanetatos
Nicolas Tzanetatos - © Belga - Thys-Closon-Reynaers

Le personnel de l'ISPPC, l'Intercommunale de Santé Publique du Pays de Charleroi, est inquiet. Ses services sont en cours de réorganisation et les syndicats craignent que la direction en profite pour se défaire de certains travailleurs.

Mais Nicolas Tzanetatos, le président du conseil d'administration de l’ISPPC, se veut très clair: il n'y a aucun licenciement annoncé. Pour lui, "Il y a effectivement une restructuration, une réorganisation des services mais une réorganisation des services n’implique pas pour autant un licenciement du personnel. Et cette réorganisation des services s’explique parce qu’on fait des travaux importants sur le site de Vésale avec dix unités qui vont être refaites à raison d’une unité tous les six mois. Et donc, forcément, pour pouvoir maintenir une activité dans une structure viable et valable, en tous cas dans les meilleures conditions, on transfère ces services soit vers Marie Curie soit vers une autre structure hospitalière dont l’intercommunale dispose."

Aucun licenciement sec donc. Mais, par contre, les départs naturels ne seront pas remplacés. Une question d’évolution des secteurs selon Nicolas Tzanetatos: "Le monde hospitalier évolue, ce qui implique que le séjour d’hospitalisation, lui, diminue. Et donc, forcément, cette diminution du séjour a un impact sur notre nombre de lits nécessaires pour répondre aux besoins de l’activité hospitalière. Donc, forcément, si on diminue notre nombre de lits, et bien, de manière progressive et lissée, on devra diminuer le personnel qui est affecté aux lits pour lesquels nous avons un agrément. Donc, progressivement, il y aura un non renouvellement des départs naturels, j’insiste sur le mot. Ce qui veut dire que quand une personne prendra sa pension ou décidera de changer d’employeur, il n’y aura pas systématiquement un engagement qui s’en suivra."

La mise au point est donc importante et devrait être de nature à rassurer les syndicats et les travailleurs inquiets.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK