Institut Notre-Dame de Thuin : réactions autour de la dispense d'examens pour certains élèves

Une semaine après être tous rentrés en présentiel, les élèves du secondaire savent désormais comment s’organisera leur session d’examen. Dans une partie du réseau officiel comme les athénées royaux, il n’y aura pas d’évaluation. Dans l’enseignement libre c’est différent : chaque P.O., pouvoir organisateur, est seul maître à bord pour décider quelles matières seront soumises à examen, quand et comment.

A l’Institut Notre-Dame de Thuin, des parents sont révoltés : ils dénoncent la façon dont la session d’examen est organisée. La direction a en effet choisi de dispenser les élèves qui avaient une moyenne de douze points au moins. Des parents dénoncent une situation qui leur semble discriminante et révoltante.

Un témoin qui préfère garder l’anonymat estime que rien n’est fait pour le bien-être des enfants après une année bousculée par la crise sanitaire : " Ici c’est un peu la cerise sur le gâteau. On va encore davantage taper sur la tête des élèves qui sont en difficultés et qui ont le plus de mal dans cette crise sanitaire. Il aurait été plus intéressant de faire de la remédiation pour ceux qui sont en difficultés. Certains sont très déçus et très découragés parce qu’ils ont beaucoup travaillé jusqu’à présent. Ça a été difficile de garder le contact avec l’école un jour sur deux. On oublie un petit peu que personne sur cette terre n’avait déjà vécu ce genre de situation. On aurait pu avoir un suicide ou une dépression grave. Des jeunes qui prennent des antidépresseurs, j’aimerais avoir les chiffres, ça doit être assez impressionnant."


Nous avons essayé d’entrer en contact avec la direction de l’Institut Notre-Dame de Thuin. En vain. Seul le Segec a réagi. Le Secrétariat Général de l’Enseignement Catholique rappelle que l’équipe pédagogique est la mieux placée pour organiser les évaluations, l’objectif étant de faire réussir un maximum d’élèves. Il parle d’une démarche positive pour compléter les connaissances avant le 30 juin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK