Image de l'Italie écornée par la pub de la Sofico: toutes les affiches retirées

L'affiche qui a suscité la réaction
L'affiche qui a suscité la réaction - © Sofico

L’affiche n'a pas plu, mais alors pas du tout, aux Italiens de Belgique: la dernière campagne de la Sofico montre, sur près de 300 panneaux placés le long des autoroutes wallonnes, un petit cochon abandonnant ses déchets sur la route. Rien d’anormal jusque-là sauf que le porcelet est au volant de la mythique Fiat Cinquecento. Il n’en fallait pas plus pour que population et autorités transalpines réagissent énergiquement.

Ca donne aussi l’impression que les Italiens sont plus sales que les autres usagers du réseau wallon

Vincenzo Grassi, l'ambassadeur d'Italie en Belgique, a pris le problème à bras le corps. Car l'affaire du petit cochon a fait le tour de la toile via les réseaux sociaux. Le groupe Fiat et les clubs mondiaux de la petite et mythique Fiat 500, du Japon en passant par l'Australie, ont fait pression sur le Parlement italien pour demander des explications à la Sofico. Et l'ambassadeur a réagi immédiatement: "Nous avons envoyé une lettre formelle à l’administrateur-délégué de la Sofico et nous en avons informé les autorités politiques de la Région wallonne. Parce que cette publicité heurte la sensibilité de plusieurs millions d’Italiens en Italie, en Belgique et en Wallonie. La société de publicité qui a conçu cette campagne ne connaît pas l’histoire culturelle et industrielle de notre pays. Et donc elle a fait une bavure. La 500 ce n’est pas seulement un symbole industriel, c’est véritablement un élément de notre identité collective. Donc, mettre un cochon comme chauffeur et lui faire jeter une poubelle par la fenêtre, c’est vexant. D’ailleurs, ça donne aussi l’impression que les Italiens sont plus sales que les autres usagers du réseau wallon. Ce qui me paraît également un stéréotype tout à fait grossier."

Ce mercredi, en fin de matinée, la Sofico a fait savoir que ces affiches allaient être retirées immédiatement. Un geste qui s'accompagne de plates excuses car, évidemment, l'intention était de préserver la propreté de nos routes et pas de heurter les ressortissants d'origine italienne. Un mea culpa accepté sans problème par l'ambassadeur. Et, la Sofico l’espère certainement, par tous ceux qui ont réagi à la publicité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK