Hornu: soupçons de maltraitance à l'animalerie "la niche"

Illustration
Illustration - © Flickr - Martine Lanchec-Girard

L'animalerie "La Niche" à Hornu vend-elle des chiens qui sont en mauvaise santé ? En tout cas, les plaintes se multiplient et une pétition mise en ligne réclame la fermeture de l'établissement. Un groupe Facebook a même été créé. Mercredi, le propriétaire de l'animalerie a été convoqué par le ministre wallon Carlo Di Antonio (cdH) et les services du bien-être animal. À ce stade, la fermeture n’est pas à l'ordre du jour mais une sacrée mise en garde a été délivrée au responsable de l’animalerie.

Des plaintes toutes les semaines

Il faut dire que depuis qu'il est ministre du Bien-être animal, Carlo Di Antonio (cdH) reçoit chaque semaine plusieurs plaintes au sujet de l'animalerie d'Hornu: les chiens qui viennent de "la niche" seraient en mauvaise santé, couverts de vers et de puces.

Un couple témoignait dans les journaux il y a une dizaine de jours et expliquait avoir acheté un Boxer pour la modique somme de 550 euros mais dix jours plus tard l’animal décédait d'une pneumonie foudroyante.

Ce qui est étonnant c’est que des contrôles du service du bien-être animal ont bien eu lieu, le dernier date du mois de juillet, mais à chaque fois le constat est le même: rien à signaler.

Des vétérinaires ont constaté plusieurs éléments suspects

Un constat qui n’est pourtant pas partagé par plusieurs vétérinaires de la région qui soulignent les anomalies constatées, comme la provenance des chiens vendus par l’animalerie: beaucoup de ces chiens viennent des pays de l’Est, avec des passeports biologiques parfois trafiqués et souvent en mauvaise santé en raison des notamment des conditions de transport qu’ils ont connus.

Le propriétaire de "la Niche" réfute lui l’ensemble de ces accusations en avançant qu’il est dans le métier depuis de nombreuses années, qu’il a déjà eu trois animaleries et qu’il n’a jamais connu de problèmes lors des inspections.

Du côté du cabinet du ministre Carlo Di Antonio, on promet de suivre la situation avec attention et qu’en présence de persistance des plaintes, il pourrait décréter la fermeture définitive de cette animalerie.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK