Havré : Un projet privé d'école primaire pour un enseignement alternatif

Isa Garnier et sa fille, Heather.
2 images
Isa Garnier et sa fille, Heather. - © Isa Garnier - Association Heather, la voix du silence

Il n'est pas toujours facile de trouver l'école idéale pour ses enfants. Certains parents souhaiteraient les inscrire dans des établissements offrant des méthodes alternatives, telles que Montessori ou Freinet, par exemple. Mais ces types d'enseignement sont souvent offerts par des structures privées. Dans la région de Mons, l'école de la Clairière Enchantée propose ce genre de méthodes. Située à Havré, près de Mons, cette école privée possède déjà un service de crèche ainsi qu'une classe maternelle. Françoise Lisi, la directrice, souhaite ouvrir une section primaire dès le mois de septembre. La Clairière Enchantée mélange différentes pédagogies, de manière à s'adapter aux besoins de chaque enfant. De cette façon, c'est l'école qui s'adapte à l'enfant et non l'inverse.

"C'est une école où on travaille avec les enfants individuellement, selon leur rythme et leur évolution. Donc, si par exemple, c'est un enfant qui est un peu moins fort en mathématiques, on va le diriger par les activités Montessori et autres méthodes, de façon à ce qu'il se rééquilibre dans son évolution", explique Françoise Lisi. "La méthode Montessori, c'est énormément de manipulation. Par exemple, nous avons des lettres rugueuses qui amènent aux phonèmes et à la lecture. Les enfants utilisant ce matériel sont déjà à la lecture à l'âge de cinq ans".

Une école idéale pour Heather

"C'est un enseignement que nous adaptons selon le besoin de l'enfant, que ce soit un enfant de l'ordinaire, ou un enfant avec des particularités", explique Françoise Lisi. Cette idée n'est pas pour déplaire à certains parents d'enfants avec autisme qui peinent à trouver l'école idéale. Car pour certains parents, ni l'enseignement traditionnel, ni les écoles spécialisées ne conviennent vraiment, comme l'explique Isa Garnier, maman d'Heather, une jeune fille autiste de huit ans : "Dans l'enseignement ordinaire, les enfants avec autisme sont très rarement intégrés. Ils sont généralement orientés vers les établissements spécialisés qui ne sont pas toujours adaptés à l'autisme de l'enfant ou à n'importe quelle particularité en général. Et il faut savoir aussi que les instituteurs en écoles spécialisées n'ont pas forcément les formations adaptées".

Isa préfère donc scolariser sa fille à la maison plutôt que de l'inscrire dans une école spécialisée. "Heather a beaucoup évolué car elle participe à énormément de stages et d'activités extrascolaires avec des enfants qui vont super bien, ça la tire vers le haut. Donc je me vois mal la mettre dans des petites structures où les enfants autour d'elle auraient encore plus de difficultés qu'elle. Ça voudrait dire que tout le travail qu'on a fait depuis cinq ans n'aurait servi à rien."

Récemment, Isa a appris l'existence de l'école de la Clairière Enchantée et de leur projet d'ouvrir une section primaire pour la rentrée prochaine. Très attirée par le concept de l'enseignement alternatif, elle souhaite y inscrire sa fille. Mais suite à un manque de publicité et de communication, cette section ne compte encore aucune inscription et risque donc de ne pas ouvrir cette année. Dans ce cas, Isa serait contrainte de continuer à garder sa fille à la maison : "Dans le scénario où cette école n'ouvrirait pas ses portes, malheureusement, Heather resterait encore à la maison avec moi. En sachant très bien que chaque matin, c'est terrible pour elle quand elle voit sa sœur partir à l'école".

Plus d'informations sur l'école de la Clairière Enchantée sur http://clairiereenchantee.be/