Hausse des accises : les négociants en alcools ont le blues

Hausse des accises : Les négociants en alcools ont le blues !
Hausse des accises : Les négociants en alcools ont le blues ! - © Tous droits réservés

Avec des augmentations oscillant entre 3 et 13 euros sur le prix des alcools forts, de nombreux négociants craignent de voir leur clientèle déserter la Belgique au profit des pays limitrophes.

Pour Benoit Trentin, négociant dans la région de Charleroi, le constat est sans appel : "Nous allons devoir diminuer nos stocks car il est impensable de maintenir des niveaux de ventes équivalents en 2016 alors que la France et le Grand Duché de Luxembourg proposent exactement la même marchandise à des prix pouvant parfois être 40% moins chers !".

Pour lui la mesure adoptée par le gouvernement fédéral qui visait à renflouer les caisses de l’État n'atteindra jamais ses objectifs, exemple à l'appui : "L'Autriche a pris les mêmes mesures il y a plus d'un an et d'après les chiffres de notre fédération la consommation d'alcool y a baissé de 15% ! Je suis persuadé que les mesures prises par le gouvernement fédéral seront aussi contre-productives".

Autre difficulté du secteur : les marchés parallèles qui voient le jour un peu partout depuis l'entrée en vigueur des nouvelles mesures. Frédéric Rousseau, gérant d'un des bars les plus branchés de Charleroi ne le cache pas : "Nous sommes de plus en plus démarchés par des vendeurs qui nous proposent de la marchandise française ou Luxembourgeoise à des prix défiants toute concurrence. Il suffit de dire "oui" et la marchandise stockée dans des voitures est livrée de suite !" Depuis Janvier 2016, le phénomène se serait même considérablement amplifié.

Dans le milieu des négociants certaines restructurations seraient même imminentes. Pour Eric Lefevre, représentant en spiritueux pour Alpha Sales, un des plus gros grossistes de Belgique, il est grand temps de s'inquiéter : "Les prévisions pour 2016 sont mauvaises nous allons peut-être devoir licencier. Certains grands groupes internationaux ont même déjà prévenu leurs délégués commerciaux de saisir d'éventuelles opportunités qui se présenteraient sur le marché de l'emploi".

D'après les prévisions les plus pessimistes, le recul des ventes dans le domaine des spiritueux pourrait atteindre 30% en 2016.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK