Hainaut : le boom des piscinistes en vue d'un été à rester à la maison

L’an passé, Servipools a vendu 80 piscines. Aujourd’hui, le carnet de commandes représente environ 120 demandes de construction.
L’an passé, Servipools a vendu 80 piscines. Aujourd’hui, le carnet de commandes représente environ 120 demandes de construction. - © KRISTOF DEBECKER - BELGA

Les vacances en famille s’annoncent compromises. Alors pour remédier à la situation, certains parents ont trouvé leur solution : commander une piscine. Michaël Lefevere travaille pour la société Servipools présente dans toute la Wallonie et son carnet de commandes explose ces dernières semaines. "Nous sortons de la période hivernale et des salons avec comme dernier événement Batibouw. En règle générale, après Batibouw, nos commandes saisonnières sont complètes, mais avec la période de confinement, on constate un afflux de commandes supplémentaires non habituelles comparé aux autres années", explique-t-il.

L’an passé, Servipools a vendu 80 piscines. Aujourd’hui, le carnet de commandes représente environ 120 demandes de construction. Dans le Hainaut, l’entreprise a carrément doublé ses ventes. Malgré l’enthousiasme, il a fallu s’adapter à la situation. Pour continuer à proposer ses services, l’entreprise a dû changer son mode de fonctionnement. "Nos chantiers sont toujours en cours. On a pris différentes mesures pour remédier à cette situation. On demande à nos clients de ne pas être dans leur jardin pendant l’installation. Nous avons des équipes d’ouvriers réduites. Ils viennent à 2 et non à 4. Les délais de construction sont plus longs d’un ou deux jours, mais on fait tout éviter d’être en contact et de contaminer les clients", ajoute Michael Lefevere.

Une différence est tout de même à noter, le boom concerne surtout les piscines monocoques installées beaucoup plus rapidement (4 à 6 jours) et plus facilement que les piscines traditionnelles en béton (9 à 10 jours). Les entreprises de piscines traditionnelles se plaignent, eux, d’avoir dû arrêter leur chantier faute de clients, de matériels et d’ouvriers. Certaines entreprises ont même mis la clé sous la porte. Malgré l'enthousiasme de certains, passer l’été autour de sa propre piscine représente tout de même un coût conséquent : entre 40 et 60.000 euros.