Gerpinnes demande les conseils d'Yves Coppieters pour organiser son éventuelle Sainte-Rolende

Gerpinnes demande les conseils d’Yves Coppieters pour organiser son éventuelle Sainte-Rolende
Gerpinnes demande les conseils d’Yves Coppieters pour organiser son éventuelle Sainte-Rolende - © Belga-RTBF

Les yeux des amoureux du folklore, encore humides à cause des annulations de l’an dernier, se tournent vers le futur. Les carnavals et la ducasse de Mons sont d’ores et déjà annulés ou reportés. Mais qu’en est-il, par exemple, de la Sainte-Rolende à Gerpinnes ? Avec ses 3.300 marcheurs, c’est l’événement wallon qui réunit le plus de participants acteurs du folklore. Les festivités ne pourront évidemment pas se dérouler dans les conditions habituelles. Mais à Gerpinnes, on travaille activement aux alternatives afin d’être prêt si les conditions sanitaires permettent la tenue de l’événement le 24 mai 2021 malgré tout.

Julien Herman (cdH) est l’échevin du folklore et il est prudent : "On va vivre une Pentecôte certainement différente si on a la chance de pouvoir la vivre. Ce n’est pas une promesse. La responsabilité repose sur les épaules de la commune mais pas que. Elle repose également sur les compagnies et sur les participants. Je pense que tout le monde devra donner de sa personne pour que ça puisse marcher."

Et le bourgmestre Philippe Busine (cdH) ne pense pas autrement : "Ce n’est pas une promesse puisque, effectivement, ce n’est pas nous qui allons décider. C’est la situation sanitaire qui va décider. Pour pouvoir faire quelque chose de différent, il faudra effectivement un comportement aussi différent des marcheurs, des participants, des spectateurs. Donc il va falloir travailler sur ce sujet, sur cette matière."

Les autorités communales, les comités organisateurs travaillent sur un protocole qui puisse permettre la tenue de l’événement. Ces travaux, ils les ont soumis à Yves Coppieters, Professeur en Santé Publique à l’ULB, qui leur prodigue son aide : "Je discute avec eux de la responsabilité qu’ils prennent par rapport à, peut-être, des débordements, des risques de transmission que l’on maîtrise moins bien, etc. Moi si je peux amener cette partie de mes compétences par rapport à ça, alors c’est un win-win parce qu’on se complète les uns les autres pour essayer d’arriver à un scénario le plus acceptable possible sur le plan sanitaire."

Car c’est la situation sanitaire et elle seule qui permettra, ou pas, la tenue de l’événement. Mais si elle devait le permettre, Gerpinnes veut être prête.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK