Gaurain-Ramecroix: quand l'industrie carrière creuse pour réduire les nuisances

Les explosions sont une des nuisances importantes pour les riverains
4 images
Les explosions sont une des nuisances importantes pour les riverains - © Marie-Anne Brilot

Devenue primordiale pour notre avenir à tous, la protection de l’environnement s’invite aujourd’hui à la table d’industriels souvent accusés de le malmener, les carriers.

Ce vendredi, des représentants de la Fediex (la Fédération de l’Industrie Extractive et Transformatrice), se retrouvaient à Gaurain-Ramecroix, près de Tournai, au cœur d’une des plus grandes carrières d’Europe de la Compagnie des Ciments Belges (CCB). L’industrie du secteur y présentait les techniques de pointe utilisées pour anticiper, analyser et réduire son impact en matière d’eau, de bruit et de particules émises par les sites carriers.  La Fediex célèbre cette année son 75ème anniversaire, l'occasion d'un peu plus de transparence et de communication vers l'extérieur. 

"Notre secteur est un secteur pudique, s’amuse Jean Marbehant, le président de la Fediex, un peu comme le secteur agricole, nous sommes des gestionnaires de la terre. Le secteur agricole gère la surface, nous le sous-sol et nous partageons un peu cette mentalité des travailleurs qui sont à leur tâche du matin jusqu’au soir et qui ne sont pas de grands communicateurs".

Que font les carriers pour les riverains ?

"Un des grands progrès sur les quinze dernières années, pense le président de la Fediex, ça a été l’instauration de commissions d’accompagnement dans un grand nombre de carrières en Belgique. Cette mission d’accompagnement rassemble périodiquement, souvent tous les trois, quatre mois, des représentants des riverains, des représentants de l’exploitant et le représentant des autorités locales. Ce dialogue est extrêmement important".

Quelles sont les améliorations concrètes pour les riverains ?

À cette question, Jean Marbehant répond sans hésiter "la logistique des transports en matière de sécurité et de propreté ainsi que la lutte contre la filtration des poussières et enfin l’information". A Tournai, une charte a été signée en 2014 avec le secteur, secteur qui s'est notamment engagé à diminuer le sémissions de poussière en filtrant mieux les installations, diminuer aussi les émissions de C02 (de 10 % d'ici 2010 en région wallonne), autre progrès enregistré, la valorisation des eaux souterraines pompées pour l'exploitation des carrières. 

La réduction de l’impact en matière d’eau

"On pompe plus de 30 millions de m³ d’eau chaque année en Belgique, poursuit le président de la Fediex. Aujourd’hui, un tiers de cette masse d’eau est utilisée en eau potable. 100 000 ménages en bénéficient, c'est ce qu’on appelle de l’eau d’exhaure. Il y a une dizaine d’années cette eau partait en eau de surface et c’était là un gaspillage de ressources extrêmement précieuses...on espère arriver jusqu'à 200 000 ménages alimentés de cette manière dans notre pays".

Un tir de mine tous les jours à midi 

On procède à un tir quotidien de 50 000 tonnes dans la carrière, l'équivalent de 1800 camions. Un objectif pour le groupe CCB, limiter les vibrations. Fabrice Delaunoy est le directeur granulat de CCB, "nous avons des capteurs sur tout le pourtour de la carrière, des capteurs qui nous permettent de mesurer l'impact réel du bruit chez les riverains, l'impact le plus nocif vient des vibrations du sol mais cela s'est amélioré ces dernières années".

A Tournai, les carrières représentent 200 emplois direct, 600 indirects. Les riverains en sont conscients , ce qui ne les empêche pas les comités qui les représentent de suivre chaque dossier et chaque permis d'exploitation avec beaucoup d'attention!

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir