Fusion des zones : pour le chef de corps de la police de Mons-Quévy il y a urgence

La Wallonie comporte aujourd'hui pas moins de 72 zones de police très différemment pourvues en hommes en fonction des régions. Un millier pour des grandes zones "monocommunales" comme Liège ou Charleroi, une quarantaine pour la zone de Comines ! Des disparités qui coûtent très cher dans un contexte budgétaire de plus en plus serré.

Pour le chef de la police locale de Mons-Quévy, également vice-président wallon de la commission permanente de la police locale, il est urgent d'agir si l'on souhaite continuer à maintenir un service de qualité : "Aujourd'hui les phénomènes de criminalité dépassent souvent une seule zone de police, si l'on tient compte du fait que les enquêtes nécessitent de plus en plus de compétences techniques il est urgent donner aux zones de police une taille critique d'une centaine d'hommes. Un service de qualité au citoyen est à ce prix sans parler des importantes économies d'échelle qui pourraient être réalisées en matière de gestion du personnel, de gestion financière ou informatique".

Dynamisme

Et le chef de corps de prendre la Flandre comme référence : "Au nord du pays six réformes de zones de police sont déjà sur les rails d'après une méthodologie bien définie! Il est grand temps de prendre ce dynamisme comme référence au sud du pays si l'on souhaite continuer à fournir un service de qualité sur l'ensemble du territoire wallon".

La commission permanente de la police locale a d'ores et déjà mis le dossier sur le bureau du ministre de l'Intérieur Jan Jambon qui devrait se prononcer sur les suggestions formulées dans les prochaines semaines.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK