Froidchapelle: cinq ans avec sursis pour une tentative de meurtre à la tronçonneuse

Les faits s'étaient déroulés dans la commune verdoyante de Froidchapelle
Les faits s'étaient déroulés dans la commune verdoyante de Froidchapelle - © Google Street View

Le tribunal correctionnel de Charleroi a rendu son jugement, ce mercredi, dans un dossier de tentative de meurtre à la tronçonneuse survenue lors d'une bagarre de café à Froidchapelle au terme de laquelle l'un des protagonistes avait été sérieusement blessé à la main. L'intention homicide a été retenue uniquement dans le chef d'un des prévenus qui écope de cinq ans de prison avec sursis. Son complice, déjà condamné par la cour d'assises, est condamné à deux ans de prison ferme pour les faits disqualifiés en menaces.

Le 18 avril 2015, Willy H. et Grégoire B. avaient passé la journée à boire, au lieu d'aller couper du bois. Alors qu'ils s'étaient arrêtés au café "Milombois" de Froidchapelle, leur degré d'alcool dans le sang atteignait déjà quasi les quatre grammes par litre.

Selon le parquet et les parties civiles, les prévenus se sont montrés agressifs envers des personnes qui jouaient au billard et parmi lesquelles figurait une connaissance de Grégoire B., avec qui il avait eu un différend quatre ans auparavant. Ils sont partis chercher leur tronçonneuse dans leur coffre et les ont actionnées.

D'après le ministère public et les parties civiles, Willy H. et Grégoire B. ont proféré des menaces telles que "on n'a rien à perdre" ou "je vais te couper en deux" avant de s'avancer vers les victimes. L'une d'elles avait d'ailleurs été blessée à la main, en se protégeant le visage. "Mais c'est parce qu'il a trébuché et que son ami l'a tiré en arrière qu'il n'a pas été atteint à la tête", a précisé le magistrat.

Au terme de son réquisitoire, le parquet a requis huit ans de prison ferme contre les deux prévenus, en rappelant que Grégoire B. avait déjà écopé de 15 ans en 2005 pour avoir tabassé un facteur à mort à Sivry-Rance, afin de le dépouiller.

Mes Ureel et Mairiaux, conseils des intéressés, ont quant à eux contesté l'intention homicide, suivant ainsi la version de leurs clients. Selon Me Ureel, qui a sollicité une disqualification des faits en coups et blessures et, au final, un sursis probatoire, les prévenus ont été confrontés à une "armée en ligne, munie de barres de fer et de queues de billard. Une fois désarmé, Willy H. a d'ailleurs été piétiné à coups de botte, ce qui lui a valu dix jours d'hospitalisation". Me Mairiaux, lui, a plaidé la probation autonome pour Grégoire B. qui n'était qu'un "suiveur" et n'aurait fait que menacer les parties civiles.

Mercredi, le tribunal a estimé que la tentative de meurtre était établie uniquement dans le chef de Willy H., envers la seule victime blessée à la main. Pour le reste, les faits ont été disqualifiés en menaces. Willy H. a donc écopé de cinq ans de prison avec sursis alors que Grégoire B. est condamné à deux ans de prison ferme.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK