Frameries: les reportages de "Noir Jaune Blues, et après" dérangent les autorités

La Cour de l'Agrappe. Ancien puit de charbonnage transformé en "terrain de sport". Une des photos qui illustre nos reportages à Frameries.
La Cour de l'Agrappe. Ancien puit de charbonnage transformé en "terrain de sport". Une des photos qui illustre nos reportages à Frameries. - © Tous droits réservés

Le conseil communal de Frameries n'apprécie pas les reportages réalisés par la RTBF et le journal Le Soir la semaine dernière dans la commune dans le cadre de l'opération "Noir Jaune Blues, et après". Les autorités de Frameries ont envoyé un courrier hier soir aux rédacteurs en chef de la RTBF et du Soir, estimant que ces reportages donnaient une image négative de la commune : "Vos reportages font état d'une réalité et de témoignages essentiellement négatifs, d'expressions désabusées des quelques dizaines de personnes qui vous avez rencontrées; les quelques retours positifs sont bien marginaux", estime le conseil communal.

En outre, si les autorités politiques ne contestent pas l'existence de ces témoignages sur le terrain, elles veulent rappeler que Frameries, "ce n'est pas cela, ce n'est pas que cela, loin de là", évoquant une population "fière de son appartenance à sa commune, à ses racines", un centre urbain, un parc naturel ou encore le Pass (Parc d'Aventures scientifiques).

Rappelons que cette opération est un travail journalistique d'immersion dans des communes bruxelloises et wallonnes. Des journalistes du Soir et de la RTBF s'installent durant 5 jours dans des quartiers, des villages avec pour objectif d’écouter, de comprendre ce qui se passe dans la vie quotidienne des Belges, les solutions qu'ils envisagent. Le but n'est donc pas, dans ce cadre, de dresser une carte postale exhaustive de la commune. 

>>> A lire aussi : les reportages réalisés par notre journaliste à Frameries :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK