Farciennes: trois personnes condamnées pour chantage sur un septuagénaire

Illustration
Illustration - © Belga - Herwig Vergult

Trois prévenus ont écopé lundi de peines de deux à trois ans de prison avec sursis devant le tribunal correctionnel de Charleroi pour des faits de séquestration, traitements dégradants et abus de confiance sur un septuagénaire. Ils avaient organisé une traquenard pour faire chanter la victime en la photographiant nue dans des positions scabreuses.

Les faits se sont déroulés en 2013, à Farciennes (Hainaut). Le septuagénaire était tombé amoureux de Samantha D., une ancienne prostituée de 35 ans sa cadette. Durant plusieurs mois, cette dernière est parvenue à se faire offrir une voiture et à lui soutirer des sommes d'argent de plus en plus importantes. Au total, l'abus de confiance est estimé à 102 500 euros. "Il a fini par se rendre compte qu'il n'était qu'un pigeon et m'a chargé de récupérer l'argent", a expliqué Me Hucq, conseil de la partie civile. "Mais la prévenue a imaginé un plan pour lui voler 200 000 euros de plus."

Un traquenard

Samantha D. a fait croire au septuagénaire que son ancien souteneur lui cherchait des poux, au point d'organiser un simulacre d'agression. Après avoir attiré la victime chez elle, la prévenue a fait appel à Michaël S. et Ludovic M. pour jouer les gros bras. Attiré dans le traquenard, le préjudicié a dû se dénuder et a été menotté à une table. Les auteurs, faisant croire que la prévenue était aussi victime, ont alors photographié le septuagénaire dans des positions scabreuses et menacé de les publier.

Selon le parquet, qui a requis une peine sévère pour les quatre prévenus lors de la dernière audience, une première somme de 50 000 euros a ainsi été dérobée. Les menaces ultérieures devaient conduire la victime à verser 150 000 euros de plus.

Ce lundi, le tribunal correctionnel de Charleroi a reconnu le rôle d'instigatrice de l'ex-prostituée et l'a condamnée à trois ans de prison avec sursis. Les deux "hommes de main" écopent quant à eux d'une peine de deux ans de prison avec sursis probatoire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK