Farciennes : le gérant du "Prisme" condamné à quatre ans de prison avec sursis

L'institution où les faits se sont déroulés à Farciennes
L'institution où les faits se sont déroulés à Farciennes - © Google Street View

En 2016, plusieurs dénonciations étaient arrivées sur le bureau des autorités judiciaires. Une institution de Farciennes accueillant des personnes handicapées et nommée " Le Prisme " était soupçonnée de laisser vivre les résidents dans des conditions déplorables. Le 22 décembre de cette année-là, une perquisition avait été organisée sur place, à la rue du Wainage à Farciennes. Les enquêteurs y avaient découvert des murs remplis d’humidité, des champignons au plafond, des fils électriques apparents et des WC bouchés entre autres. Un encadrement insuffisant avait également été constaté pour gérer une trentaine de résidents à problèmes.

Au tribunal correctionnel de Charleroi, le ministère public a reproché aux prévenus d’avoir abusé de la vulnérabilité des résidents, de les avoir hébergés dans des conditions indignes, de leur avoir infligé des coups et blessures et des traitements inhumains. Certains suspects étaient également soupçonnés d’avoir prodigué des soins aux victimes notamment en leur donnant du Temesta, un puissant anxiolytique.


Ce mardi 30 juin 2020, le gérant du "Prisme" a été condamné à quatre ans de prison avec sursis. Les proches du principal prévenu écopent, eux, de trois ans avec sursis.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK