Escanaffles: l'au revoir de Madame Chantal après une année scolaire perturbée

Dernier jour d'école pour les élèves... mais aussi pour certains professeurs. A l'école libre d'Escanaffles, Madame Chantal part à la retraite après trente-cinq années scolaires. "Et trente-cinq photos de classe", nous précise-t-elle. En observer quelques-unes, c'est la meilleure façon de prendre conscience du temps qui passe. "Les looks ont changé. Ca se voit surtout dans nos vêtements à nous, les professeurs!"

Aujourd'hui, la mode est au masque. Chantal Duthoit respecte les règles de prudence et de distance, mais on sent la chaleur dans sa voix et la confiance qu'elle a su installer avec les élèves. "Déjà en temps normal, on veille à la qualité du relationnel dans l'école. Mais avec le Covid-19, on a vraiment essayé d'accompagner au mieux les enfants dans cette période compliquée."

"Le 12 mars, j'étais effondrée"

Encore fallait-il digérer soi-même les événements: "Quand la Première Ministre a annoncé, le jeudi 12 mars, la fermeture des écoles, pour moi, c'était la catastrophe. Je me suis demandé comment j'allais terminer ma carrière. J'avais envie d'encore faire beaucoup de choses avec mes élèves. J'étais effondrée." 

Effondrée, mais vite requinquée. Le soir-même, elle prépare de quoi occuper les élèves pendant quelques semaines. Et comme le confinement se prolonge, la question des cours à distance se pose. "Je connaissais la base sur l'ordinateur, mais les visioconférences, c'était totalement neuf. Un peu angoissant, mais grâce à l'aide de mes collègues, j'y suis arrivée."

Un masque pour protéger Madame Chantal

Et puis, petit à petit, les élèves font leur retour à l'école. "Je suis très contente que ce retour ait eu lieu. J'ai pu revoir ma classe. On se demandait comment on allait les retrouver, mais ils étaient ravis, avec un grand sourire jusqu'aux oreilles". Le profil de leur institutrice incite les élèves au respect des règles sanitaires: "Certains m'ont dit qu'ils portaient le masque pour protéger Madame Chantal!"

En ces derniers jours d'école, on la retrouve dans sa classe occupée à concevoir le bricolage de fin d'année avec quelques élèves. "Une boîte à livres pour que les élèves puissent ranger leur bibliothèque et continuer à lire pendant les vacances". Mais au fait, est-ce que les "première année" savent lire au terme de cette année perturbée ? "Ca, c'est la belle surprise. J'étais étonnée de leur niveau de lecture au retour du confinement. Chapeau aux parents! Ils ont bien joué leur rôle."

Un peu frustrée par cette fin de carrière marquée par le coronavirus, Madame Chantal a décidé de ne pas totalement déserter l'école l'an prochain. "Je reviendrai de temps en temps comme bénévole. Comme ça, je pourrais aider les élèves qui ont pris un peu de retard à cause de cette année chamboulée". La retraite n'est donc pas un adieu entre l'institutrice et son école. Juste un au revoir.