Epuisées financièrement et physiquement, les agences de voyages appellent à l'aide

Epuisées financièrement et physiquement, les agences de voyages appellent à l'aide
2 images
Epuisées financièrement et physiquement, les agences de voyages appellent à l'aide - © rtbf.be

Une centaine de responsables et de travailleurs d’agences de voyages wallonnes et bruxelloises ont mené une action symbolique ce matin sur le site de l’aéroport de Charleroi.

Les manifestants ont réalisé un simulacre d’enterrement parce qu’aucune agence ne pourra continuer longtemps comme ça. Ces agences, qui ne sont rémunérées que quand les voyages sont effectués, n’ont plus de rentrées financières. Elles vivent au rythme des annulations, des reports et des avis de voyage qui changent tout le temps.

Antonella Siddou est responsable d’une agence située à Gilly et elle tenait à être présente à cet enterrement symbolique : "Il était temps qu’on se fasse entendre parce que cette situation ne peut pas durer dans le temps. C’est impossible.
Notre quotidien, depuis des mois, c’est annuler des dossiers, les postposer, répondre aux questions des clients et établir des bons à valoir… C’est un travail de titan. Sans aucun revenu. Il faut savoir qu’hier, par exemple, j’ai annulé trois dossiers Disney que j’avais déjà postposés trois fois. Donc, imaginez : chaque fois reprendre le dossier, contacter le client, contacter Disney, rester des heures au téléphone pour, au final, annuler le dossier parce que le client en a marre. Je crois que la pire chose c’est l’incertitude. Alors, la perte économique est là on est bien d’accord mais maintenant il y a aussi le droit passerelle, c’est quand même une aide et il ne faut pas cracher dans la soupe. Mais cette incertitude est la pire des choses. Ne pas savoir vers quoi on va. J’ai trois employés qui sont au chômage et je ne sais pas quand je vais reprendre une commande."


Par cette action, organisée par l’Union professionnelle des agences de voyages (UPAV), les professionnels du secteur ont souhaité attirer l’attention sur leur détresse actuelle. Pour eux, les seules frontières restant accessibles sans restriction sont celles du Liechtenstein, les autres territoires européens étant classés en zones orange ou rouges avec à la clé une série d’obligations.

Les agents de voyages défendent l’idée d’une réouverture des frontières responsable et organisée. Ils ont notamment cité vendredi la Grèce en exemple et les tests que le pays impose au départ et à l’arrivée sur son territoire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK