Entre Ath et Brugelette, le projet de nouvelle route d'accès à Pairi Daiza divise

Y aura-t-il bientôt une nouvelle route pour rejoindre Pairi Daiza ? Un projet est en tout cas sur la table et il est soumis à enquête publique en ce moment même. Si elle se concrétise, cette nouvelle voirie de plus ou moins 10 kilomètres partira de la N7 à Ghislenghien (Ath), longera la ligne TGV avant de tracer à travers champs vers le parc animalier. Au bout des trois phases de construction, elle doit permettre d’éviter les villages de Gibecq (Ath) et Gages (Brugelette), et donc, de les délester de l’important trafic automobile qui converge quotidiennement vers Pairi Daiza.

"Des travaux inutiles"

Mais ce projet à 19 millions d’euros, porté par le Service Public de Wallonie et financé en partie par le parc animalier, ne fait pas plaisir à tout le monde. Lors de la réunion publique organisée jeudi soir à Gibecq, les opposants étaient en nombre pour se faire entendre. Leur premier argument : cette route serait un gaspillage d’argent public. "Ça va engendrer un coût énorme pour le contribuable, pour dédoubler des routes qui existent déjà", déplore Michel Piéraert du comité de Ghislenghien. "Il y a des alternatives à cette nouvelle route, ajoute Luc Tellier. On est d’accord sur le fait qu’il faille un contournement pour le village de Gages, mais les deux autres phases du projet pour rejoindre Ghislenghien ne sont absolument pas nécessaires. D’ailleurs même si cette nouvelle route existe, les GPS continueront d’envoyer les voitures sur les chemins existants qui resteront plus directs."

On va détruire notre nature ordinaire pour permettre à des gens d’admirer une nature extraordinaire dans un décor artificiel.

Le deuxième argument des opposants est écologique. "Cette route va être construite dans une zone tranquille où il y a des bois, des champs et une faune locale, fait remarquer Luc Norga du Comité Pays Vert- Brugelette. Cette faune est moins exotique mais elle est aussi belle que le panda ou la panthère des neiges. On va détruire notre nature ordinaire pour permettre à des gens d’admirer une nature extraordinaire dans un décor artificiel."

A Gibecq, on en a marre des bouchons

Des gens favorables à cette nouvelle route, il en existe pourtant. Même si ceux-là ont tendance à se faire plus discrets dans les réunions publiques. Rita et Johanna habitent le centre du village de Gibecq et subissent régulièrement les embouteillages dans leur rue matin et soir. "Cette nouvelle route, nous l’attendons avec impatience, confirment-elles. Ça fait 2 ans qu’elle devrait être construite. Elle est indispensable pour Pairi Daiza mais elle est aussi indispensable pour nous. Chaque année, il y a plus de voitures qui vont au parc. Quand toutes les voitures sont en file indienne à la sortie du parc, c’est même impossible de rentrer chez soi. C’est pare-chocs contre pare-chocs."

Les riverains ont jusqu’au 22 février pour se faire entendre auprès des administrations communales d’Ath et de Brugelette. Ça sera ensuite aux Commune de se positionner et à l’autorité wallonne de trancher.

Notre reportage audio à réécouter ci-dessous :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK