Ensemble, Farciennes et Châtelet vont développer le projet de piscine Sambr'Aqua

Une semaine après la signature de l’acte de constitution de Sambr’Aqua par les Bourgmestres de Farciennes et Châtelet, le projet de piscine mutualisée passe déjà à l’étape suivante : trouver l’opérateur qui réalisera le chantier.

Le plan piscine prévoyait, initialement, de mettre en commun avec les communes voisines les infrastructures existantes et de les gérer en bon père de famille. Farciennes et Châtelet ont trouvé un accord et près de sept millions d’euros de financement pour un projet qui est baptisé Sambr’aqua.

Hugues Bayet (PS), bourgmestre de Farciennes, explique la démarche : "Une piscine est d’abord ouverte à tout le monde mais c’est clair que la priorité va d’abord aux jeunes pour qu’ils puissent apprendre à nager et faire du sport. Et, au-delà du bassin de natation, on a d’ailleurs un parc aquatique qui sera créé à côté ainsi que tout un espace wellness pour vraiment essayer de diversifier au maximum et faire en sorte que, peu importe l’âge, on puisse venir à la piscine. Et donc puisqu’il y avait déjà une piscine à Farciennes et que ça coûte moins cher de la rénover plutôt que d’en construire une toute nouvelle, nous avons fait le choix de garder cet emplacement pour la piscine et de le remettre à jour avec toute une série d’autres nouveautés que vous pourrez découvrir d’ici un ou deux ans maximum. On a six millions huit cent mille euros de subventions de la Région Wallonne et le reste ce sera évidemment à charge des communes de Châtelet et de Farciennes pour un prêt d’une trentaine d’années."

Les piscines se font rares et sont attendues notamment par les écoles. Et, lors des périodes estivales, les points d’eaux sont les bienvenus. Hugues Bayet assure donc que Farciennes et Châtelet vont maintenant plancher sur ce projet commun auquel la commune d’Aiseau-Presles n’a finalement pas adhéré : "Ils étaient partenaires avec nous au départ puis ils nous ont dit que, pour des raisons budgétaires, ils voulaient se retirer. Bon, c’est chacun son choix et ce n’est pas à moi à juger. En tout cas, la volonté de Farciennes et de Châtelet est très claire : c’est de continuer jusqu’au bout pour justement avoir une piscine notamment pour les gens de Châtelet et de Farciennes mais aussi plus largement pour toute la région de Charleroi. Mais il est clair que les gens de nos communes auront un prix préférentiel puisque c’est nous qui finançons la piscine."

Si les procédures ne rencontrent pas d’embûches, les premiers nageurs pourront découvrir la nouvelle piscine à la rentrée scolaire 2022.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK