Pierre, 82 ans et toujours sur les bancs de l'école: "A l'école de cuisine, ils m'appellent tous Papy"

Enghien: "A l'école de cuisine, ils m'appellent tous Papy!"
7 images
Enghien: "A l'école de cuisine, ils m'appellent tous Papy!" - © Tous droits réservés

A 82 ans, Pierre Dewagemaker exerce toujours la profession d’assureur, mais il mène en quelque sorte… une "double vie"! Depuis 20 ans, il accumule les diplômes dans le domaine de la restauration. Boucher, boulanger, pâtissier, traiteur, glacier… Pierre sait tout faire ! Et son médecin lui interdit d’arrêter.

Quand Pierre Dewagemaker se rend chez le boucher, il lui demande "du poisson ! Et ce n’est pas une blague. Le poisson, c’est un excellent morceau".

Il l’a appris au cours de cuisine, à Bruxelles. Lors de sa formation en boucherie. En réalité, cela fait 20 ans qu’il étudie. "Là, vous avez mon diplôme de restaurateur. A côté, celui de boulanger-pâtissier, traiteur, glacier… chocolatier, il n’y avait plus la place. Et boucher-charcutier, j’ai fait deux ans sur les trois".

A 82 ans, Pierre vient encore de se réinscrire pour une spécialisation en cuisine méditerranéenne… Si le régime crétois conserve, les cours de cuisine aussi semble-t-il "Mon médecin m’interdit d’arrêter".

Ce matin, notre Enghiennois s’est levé tôt, pour préparer des zakouski très chics "aux crevettes grises d’Ostende" et un dessert au chocolat qui lui vaut toujours des compliments, "à base de bombe glacée… ter-ri-ble !"

Les repas que lui et son épouse organisent sont, paraît-il, toujours un succès. Ils se donnent à 100% : "si on décide de faire un couscous, on utilise de la vaisselle en rapport avec cette cuisine-là, on décore, on met des petites lampes… Et vous vous croyez à Marrakech", raconte Pierre. "Mon épouse est très douée pour l’art de la table, les compositions florales, on forme un beau tandem !"

Reste que Jeanne a tout de même un petit regret, "qu’il ne cuisine pas plus souvent ! Au moins une fois par semaine ?" Mais Pierre aime que les choses soient bien à leur place, la rigueur d’un plan de travail impeccable, sans rien qui traîne, le rangement des cuisines professionnelles comme celles qu’il utilise à l’école, où chaque chose est à sa place, précisément !

"J’avoue, j’aime ça, ce côté méticuleux, le respect des règles. L’inverse de ce qu’on voit à la télévision, d’ailleurs, dans ces émissions où on court partout, où on travaille avec des tabliers sales, ou sans mouchoir de cou !" Il aime apprendre, répertorier, classer… Sur son mur à épices, vous trouverez des centaines de saveurs, et sur l’ordinateur, au moins… 20.000 recettes ? Classées en dossiers, sous-dossiers, avec images, Jpeg et PDF.

"Il y passe énormément de temps", chuchote Jeanne. C’est sa plus grande passion, découverte sur le tard, et un peu par hasard. "Hé oui ! Le neveu de ma femme voulait se lancer, mais n’osait pas aller aux cours. Je lui ai dit, pour l’encourager : si tu y vas, je t’accompagne". Ils se sont inscrits. Vingt ans ont passé. Et des deux… Seul Pierre enfile toujours sa toque et son tablier.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK