Elles grattent, mais ne font pas rire: que faire quand les puces sont là?

Chez les droguistes, en ce moment, c'est la ruée
2 images
Chez les droguistes, en ce moment, c'est la ruée - © Marie-Anne Brilot

Y-a-t-il une invasion inhabituelle de puces cet été ? Si beaucoup seraient tentés de le croire, il faut être bien clair : aucune statistique ne l’établit. Mais, voilà, comme ces insectes se reproduisent de manière excessivement rapide, se nourrissent de sang et se déplacent naturellement en effectuant des bonds qui relèvent de la discipline olympique (les sauts peuvent atteindre jusqu’à 30 fois la longueur de l’insecte !), leur présence se fait rapidement sentir.

Un animal qui n’est pas correctement traité attire en effet les puces. Le problème est que cet insecte indésirable est opportuniste et qu’à défaut de trouver refuge dans le pelage de votre animal de compagnie préféré, il migrera sans problème sur la peau de son maître pour se nourrir.

"Des puces, il y en a tous les ans, reconnaît cette droguiste du centre de Mons. Mais cette année c’est vraiment exceptionnel, c’est la première année que je dois recommander en urgence des produits anti-puces. Les maîtres n’ont pas traité l’animal contre les puces et puis ils doivent investir des sommes importantes en produits, on atteint facilement les 40-45 euros, pour lutter contre l’invasion de ces parasites."

Des solutions existent...

Si rien dans les chiffres ne traduit une explosion du phénomène, d’autres facteurs peuvent expliquer cette impression de prolifération de ces insectes indésirables ou leur résistance aux traitements.

"Il n’y a pas de résistance aux produits prouvées scientifiquement, explique ce vétérinaire de la région d’Ath, mais la gamme de produits anti-puces offerte sur le marché est assez étendue et ceux-ci n’ont pas tous la même efficacité. Les produits marchent en général relativement bien, mais il y en a qui ne sont pas vraiment des médicaments, ceux vendus par exemple en animalerie aux huiles essentielles, etc. Des produits attractifs, parce que peu chers, mais sans beaucoup d’efficacité non plus."

Mais il faut bien choisir

Souvent ce vétérinaire voit arriver dans son cabinet des personnes qui ont appliqué à leur animal un traitement de deux ou trois mois qui ne s’est pas révélé très efficace, puis "quand je leur délivre finalement un produit qui est adapté au poids et à l’espèce de l’animal, ça marche beaucoup mieux, constate le vétérinaire. En plus il faut scrupuleusement suivre les notices de ces prescriptions, ces médicaments doivent être pris tous les mois en cas d’infestation et un traitement dure généralement de quatre à six mois".

Si vous abritez plusieurs animaux de compagnie, il faut évidemment tous les traiter. Il est bien sûr ridicule de faire subir des traitements anti-puces à vos deux chiens si vous n’en faites pas bénéficier votre chat. Par contre si votre foyer est vraiment infesté, il existe des produits sur le marché pour traiter toute la maison. Là aussi, le vétérinaire insiste sur la nécessité de suivre scrupuleusement la notice, ces solutions n’étant pas sans danger aussi bien pour l’homme que pour les animaux.

Une petite piqûre ?

"Les animaux ne sont pas égaux devant la piqûre de puces, précise encore notre vétérinaire. Certains chiens infestés ne vont pas trop réagir alors qu’un autre chien va immédiatement présenter des dermatites, des allergies très poussives avec une ou deux puces, parce que lui est allergique à cette salive de puces. La piqûre est surtout problématique sur les animaux de petite taille, comme des jeunes chiots ou de jeunes chatons, parce que la puce se nourrit plusieurs fois par jour. Dans certains cas, elle peut provoquer des anémies. Les puces peuvent également transmettre le ténia chez les chiens et chats, mais c’est connu."

Pipettes, comprimés, colliers… ce ne sont donc pas les solutions qui manquent pour contrer l’invasion de puces. Il faut maintenant faire le tri entre ces différentes approches, être attentifs aux notices et surtout appliquer leurs recommandations. En cas de doute, il ne faut pas se gratter la tête, le mieux est de consulter un vétérinaire, la personne la plus indiquée pour traiter le problème.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK