Effet du tax shift pour les communes: PS et MR interprètent les chiffres différemment

Hugues Bayet: "Il est plus que temps que le Fédéral prenne des mesures pour soutenir les communes !"
Hugues Bayet: "Il est plus que temps que le Fédéral prenne des mesures pour soutenir les communes !" - © NICOLAS LAMBERT - BELGA

Près de 270 millions d'euros (268,5 millions exactement), c'est le montant total dont les communes wallonnes devront se passer, ces cinq prochaines années, suite au tax shift.

Ce glissement fiscal décidé par le fédéral vise à diminuer l'impôt sur le travail en taxant plus d'autres sources comme le diesel, le tabac ou l'alcool.

Et si les impôts diminuent, les recettes des communes aussi. Là-dessus, tout le monde est d'accord. Mais c'est l'interprétation de ces chiffres qui varie selon que le bourgmestre soit PS ou MR.

Prenons le cas de Farciennes. Selon les estimations du SPF Finances, la commune devrait se passer de près de 480 000 euros d'ici 2021. Une situation jugée inacceptable par le bourgmestre PS, Hugues Bayet. "Je ne sais pas comment on va pouvoir tenir le coup dans ces cinq prochaines années. Donc, moi, je me refuse à licencier, parce que dans les communes ce sont les services directs aux citoyens. On s’occupe de rénover les rues, les trottoirs. On s’occupe d’enseignement, d’écoles, du centre sportif, du CPAS. Vous nous voyez fermer nos académies, notre CPAS ? Cela serait une catastrophe. Il est plus que temps que le Fédéral prenne des mesures pour soutenir les communes!"

Du côté des communes libérales, on relativise. Oui, le tax shift aura un impact, mais à terme, les communes vont bénéficier indirectement de ce glissement fiscal. C'est en tout cas l'avis d'Yves Binon, bourgmestre MR d'Ham-sur-Heure-Nalinnes. "Il est clair qu’on perdra. Ce sera un manque à gagner. Mais, évidemment, comme la situation économique va se relancer, eh bien nos citoyens auront eu des revenus plus élevés. C’est le but du tax shift : qu’on puisse justement récupérer par le biais de la croissance." C'est ce que le Fédéral appelle l' "effet retour" du tax shift.

Aura-t-il bien lieu? Et dans quelle proportion ? Ça, l'avenir nous le dira. En attendant, les recettes des communes seront bel et bien moins importantes qu'avant le tax shift.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK