École: l'immersion linguistique séduit, mais à certaines conditions

20 000 élèves suivent un enseignement primaire bilingue en Fédération Wallonie Bruxelles.
20 000 élèves suivent un enseignement primaire bilingue en Fédération Wallonie Bruxelles. - © ANTHONY DEHEZ - IMAGEGLOBE

De plus en plus d'écoles proposent un enseignement bilingue. On en compte 200 pour cette rentrée des classes. Il y en avait deux fois moins il y a une dizaine d'années.

Dans cette école de Flénu, près de Mons, où nous nous sommes rendus, l'heure est aux derniers préparatifs. Dès ce mardi, 340 élèves retrouveront les bancs de l'école pour un enseignement bilingue en français et en néerlandais, une formule gagnante pour l'établissement.

En 6 ans, le nombre d'inscriptions a augmenté de 50 %. "On a une augmentation de la population assez importante et c’est vrai que la majorité des gens qui viennent inscrire leurs enfants chez nous viennent pour le projet en immersion", reconnait Chrystelle Bernard (directrice).

L’immersion rencontre un engouement particulièrement important dans le Hainaut. La province accueille en effet 1/3 des écoles en immersion en Fédération Wallonie-Bruxelles, mais toutes ne rencontrent pas le même succès.

"On s’est rendu compte, au fil des années, qu’on avait de moins en moins d’inscriptions…", indique Aurore Bragato qui dirige une école primaire qui a dû abandonner l'immersion. "Les parents qui mettaient les enfants à l’école communale de Havré les mettaient justement parce que c’était l’école de village, l’école de proximité, donc ils ne venaient pas forcément pour une immersion. Pour que l’immersion fonctionne, il faut que les parents pensent que ce projet est un projet d’avenir. Je pense que ça dépend peut-être de l’implantation."

Une implantation centrale et surtout une volonté des parents d'inscrire leur enfant en immersion. Deux ingrédients indispensables au succès de ce programme. Il n'empêche, l'engouement général est indéniable.

Aujourd'hui, 20 000 élèves de la Fédération Wallonie-Bruxelles suivent un enseignement primaire bilingue. C'est près du double en 8 ans.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK