Maisières: le chauffeur qui a déversé de l'acide nitrique sur la E19 privé de liberté

La Police Fédérale demande aux usagers de couper la climatisation et de fermer les fenêtres si vous empruntez ce tronçon vers Bruxelles ou vers Mons (illustration).
La Police Fédérale demande aux usagers de couper la climatisation et de fermer les fenêtres si vous empruntez ce tronçon vers Bruxelles ou vers Mons (illustration). - © Belga

Le chauffeur du camion qui a déversé, ce jeudi matin, de l'acide nitrique sur une aire de l'autoroute E19-E42 a été déféré devant un juge et placé sous mandat d'arrêt, a indiqué le Parquet de Mons.

Un camion avait  "perdu" de l'acide nitrique sur la E19 au km 53.1, à hauteur de Maisières. L'incident s'était produit sur le  parking du Bois du Gard dans le sens Mons-Bruxelles et suite à cette "perte" un nuage jaune s'était propagé sur l'autoroute.

Le Parquet de Mons a expliqué dans l'après-midi que le chauffeur du camion concerné avait volontairement déversé une partie de son chargement.  "Le chauffeur, un ressortissant français travaillant pour une société belge, a senti une surpression dans sa citerne, il a ouvert la vanne et a déversé plusieurs centaines de litres de produit toxique sur le parking avant de repartir sans prendre de mesures de protection", a indiqué le Procureur du roi de Mons, Christian Henry.

"Il a repris la route sans autre forme de procès et sans même se rendre compte que le contact de l'acide déversé avec le tarmac de la chaussée avait créé un nuage toxique. C'est un autre chauffeur poids lourd qui a prévenu la police fédérale. Le chauffeur indélicat a été interpellé un peu plus loin. Il a été présenté devant un juge d'instruction, privé de liberté et placé sous mandat d'arrêt. Il s'agit d'une infraction de 1ère catégorie selon le Décret wallon des déchets. La sanction encourue est une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 15 ans et une amende jusqu'à 10 millions d'euros", a précisé Christian Henry

Les pompiers et la protection civile avaient dû procéder au nettoyage de la chaussée.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK