Devant la justice pour avoir tué un cambrioleur: le parquet estime qu'il s'agit d'un meurtre

Le prévenu est poursuivi pour coups et blessures ayant entrainé la mort sans intention de la donner (illustration).
Le prévenu est poursuivi pour coups et blessures ayant entrainé la mort sans intention de la donner (illustration). - © Belga

Un homme comparait devant le tribunal correctionnel de Charleroi pour avoir tué un cambrioleur dans la maison de sa grand-mère vide ce jour-là. Les faits se sont passés à Gozée en juillet 2012.

Le prévenu est poursuivi pour coups et blessures ayant entrainé la mort sans intention de la donner mais le parquet - lui - estime qu’il s’agit d’un meurtre.

Selon l’avocat général, l’auteur avait bien l’intention de tirer. L’homme qui habite donc juste à côté de chez sa grand-mère (hospitalisée au moment des faits) a soupçonné la présence de cambrioleur. Il est alors rentré dans la maison et, selon lui, a été confronté à l’un des voleurs qui aurait brandi un couteau. Le coup de feu est parti, blessant le cambrioleur de 17 ans au flanc. Il décédera à l’hôpital. Ses complices, eux, prendront la fuite.

Selon l’avocate de la victime, le prévenu a voulu tout simplement régler le compte de son client en tirant dans le dos, à moins de deux mètres. Maître Bouchat (qui défend l’auteur du coup de feu mortel) a plaidé l’acquittement estimant qu'il n'y a jamais eu d’intention de tuer, qu’il faisait sombre et que les cambrioleurs étaient quatre, munis de tournevis. Pour lui, le tir dans le dos n’est pas vraiment établi, il faut recontextualiser la scène. C’est-à-dire un cas de légitime défense. Rien ne contredit les dires du prévenu, estime-t-il, qui affirme avoir été surpris quand le voleur s’est dirigé vers lui.

Le jugement est attendu pour le 11 avril.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK