Rive Gauche à l'arrêt : des ouvriers manifestent au sommet d'une grue

Des travailleurs égyptiens manifestent au sommet d'une grue à Charleroi
6 images
Des travailleurs égyptiens manifestent au sommet d'une grue à Charleroi - © Tous droits réservés

Par mesure de sécurité, un auditeur du travail a demandé l'arrêt du chantier Rive Gauche à Charleroi cet après-midi.

Huit ouvriers égyptiens, actifs sur le chantier du centre commercial, ont grimpé au sommet d'une grue. Ils réclament des impayés de leur salaire: de 10 à 20 000 euros par ouvrier.

Les ouvriers étrangers avaient prévenu ce jeudi matin la FGTB de l'action qu'ils comptaient mener. Plus tôt, ils avaient eu quelques premiers contacts avec les syndicats qui, à Charleroi, mènent régulièrement des actions sur les chantiers pour dénoncer le dumping social entre travailleurs de nationalités différentes. Selon la FGTB, les travailleurs sont déterminés à ne descendre de la grue qu'une fois qu'ils auront été payés.

Ces ouvriers égyptiens sont engagés par un consortium italien, Edile, basé à Venise, qui sous-traite pour la société Duchêne, une entreprise belge active dans le secteur de la construction (en réalité un autre consortium, Valence-Duchêne). Selon des permanents syndicaux présents sur place, ces ouvriers travaillent entre quinze et seize heures par jour mais ne sont payés que pour huit heures. Pourquoi cette retenue sur salaire ? Personne ici ne semble avoir la réponse. L’auditeur du travail est arrivé sur le chantier pour s’entretenir avec le représentant de Duchêne afin d'essayer de débloquer la situation. Après de longues heures de négociations, les huit ouvriers sont finalement redescendus peu après 18 heures. L'entreprise Valence-Duchène s'est engagée à payer les arriérés de salaires. Suite à cette action, l'auditeur du travail a décidé d'auditionner une septantaine d'ouvriers du chantier de Rive Gauche qui sont aussi employés par le consortium italien Edile.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK