Des magasins de jouets fermés avant la Saint-Nicolas, le témoignage d'une commerçante montoise

Le magasin Florilège peut vendre des livres mais les jouets doivent être commandés en ligne et retirés au magasin
2 images
Le magasin Florilège peut vendre des livres mais les jouets doivent être commandés en ligne et retirés au magasin - © RTBF

Qu'ils s'agissent de petits commerces indépendants ou de grandes enseignes, tous les magasins de jouets travaillent portes fermées. Les rayons jouets des grandes surfaces sont eux-aussi inaccessibles. Bref, en cette période de Saint-Nicolas, ceux et celles qui veulent faire vivre les commerces plutôt que les grands noms de la vente en ligne n'ont qu'une solution: le "click and collect", autrement dit, l'achat à distance avec retrait en magasin.

Dans une galerie commerciale de la région de Mons, une petite table est installée à l'entrée. On y trouve le catalogue présentant les articles proposés pour la Saint-Nicolas et des formulaires à remplir, le temps de faire les course. L'équipe du magasin prépare la commande, il suffit alors de payer et d'emporter.

Les autres grandes enseignes déploient catalogues et magasins en ligne pour capter l'attention de Saint-Nicolas. On le voit, même s'ils ont dû condamner leurs rayons jouets, les grandes surfaces gardent une longueur d'avance sur les commerces de proximité.

"Nous n'avons pas de service marketing, ni de personnes à temps plein qui s'occupe de la vente en ligne, on doit tout faire avec nos petites mains", explique Violaine Levecq du magasin Florilège à Mons.

Par rapport à certains de ses confrères, Violaine s'estime malgré tout chanceuse. D'abord parce que sa clientèle lui reste fidèle. Il faut dire que Violaine et ses collègues consacrent beaucoup de temps à fournir des explications et des conseils au téléphone ou par mail, n'hésitant pas à photographier les articles dans les rayons s'il le faut.

Deuxième atout ce magasin de livres et jouets, la partie librairie peut rester accessible aux clients. Cela a demandé une réorganisation complète: le fond du commerce est condamné, impossible d'accéder aux jeux, jouets et objets de décoration. Les clients les voient de loin mais ne peuvent pas les emporter immédiatement…

"C'est compliqué à expliquer, raconte Violaine. Ils doivent d'abord me téléphoner ou m'envoyer un mail, commander et seulement après venir chercher en magasin". Cette démarche supplémentaire, les clients solidaires la font. Dans chaque colis, Violaine met un petit mot pour les en remercier. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK