Des libraires indépendants qui se réinventent

Alexandre Fontaine a repris la librairie Decallonne mais en développant un nouveau concept
2 images
Alexandre Fontaine a repris la librairie Decallonne mais en développant un nouveau concept - © RTBF

En juin dernier, la librairie Decallonne fermait ses portes après faillite. Cette institution tournaisienne fondée en 1870 n'a cependant pas complètement disparu. Alexandre Fontaine a repris le stock de livres et le nom de la vénérable librairie pour développer un concept autour du thème du bien-être. Installé au pied du Beffroi sur une surface plus réduite que la précédente librairie, il propose désormais, à côté des bouquins, une gamme de produits sur le thème du bien-être: savons naturels, huile essentielle, tisanes, bijoux... Qu'est-ce que ces produits viennent faire dans une librairie? "Ils sont connectés aux livres" répond le libraire: "quand vous parlez de santé, de cosmétique, de bien-être, on propose les produits qui sont en lien avec le contenu des livres, il y a une grande cohérence".  Ce concept n'empêche pas le libraire de continuer de proposer les derniers romans édités, un choix de BD, des livres sur Tournai et autres bouquins divers...   

Le cas de la librairie tournaisienne n'est pas unique, partout dans le monde, les librairies se diversifient depuis longtemps pour répondre à la concurrence de la vente en ligne et au recul de la lecture. Librairie-café, libraire-restaurant, librairie-salle de concert... Tout serait-il imaginable? "Le livre doit rester l'activité principale" estime Marco Lamberti, gérant de Scientia, à Mons. Mais pour lui aussi, la librairie doit se diversifier: "nous sommes confrontés à la concurrence des grands centre commerciaux et du commerce en ligne, il faut donc offrir un service supérieur à ce qu'offrent ces commerces. Il faut donner au client une satisfaction qui dépasse le simple achat". Mais pour l'instant, Scientia est toujours une grande libriairie généraliste classique. Pour moderniser son concept, elle devrait déménager. Le gérant actuel cherche pour cela un nouveau bâtiment. Le magasin devrait quitter le "Passage du Centre", une galerie commerciale montoise vieillotte qui se vide peu à peu de ses commerces. Marco Lamberti reste cependant mystérieux sur le contenu de son projet. Il espère en tout cas le développer dans le centre-ville.

La Belgique francophone garde un bon réseau de librairies indépendantes

Soutenir les libraires indépendants, les aider à faire face à la concurrence de la grande distribution et de la vente en ligne, c'est l'objectif des mesures prises par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le prix unique du livre, la disparition progressive de la tabelle (différence avec les prix des livres édités en France) d'ici un an et demi, le label "libraire de qualité"... autant de mesures destinées à aider ces indépendants. Beaucoup ont fermé leurs portes ces dernières années mais contrairement à la France, leur nombre reste stable grâce à des ouvertures de nouveaux magasins. Il reste une soixantaine de librairies en Belgique francophone.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK