Des devoirs en éducation physique : la solution pour faire bouger les ados ?

Smartphone en main, baskets aux pieds, Matthew va commencer ses devoirs. Pas de calculs ni de conjugaison, son objectif du jour est de courir un peu plus de 3 kilomètres. Depuis le début de l’année scolaire, il doit réaliser toutes les semaines un devoir en éducation physique.

Son école, l’institut Saint-Joseph de La Louvière, fait partie des six établissements secondaires en Wallonie à tester le système (les autres sont à Tournai, Leuze-en-Hainaut, Soignies, Nivelles et Louvain-la-Neuve). Un système qui fonctionne grâce à une application smartphone. Après un test de condition physique réalisé à l’école, cette application crée un plan d’entraînement en fonction du niveau de l’élève.

Beaucoup d’élèves se sont remis au sport grâce à ça

L'objectif est d'amener les élèves à courir deux fois une trentaine de minutes en dehors de l'école. "Lors de chaque devoir, l’élève doit activer son appli et suivre les consignes qui sont données, explique Laurent Baijot, concepteur de l’application Formyfit. Les données sont alors enregistrées. Le professeur d’éducation physique peut suivre l’évolution de ses élèves – hormis les données géographiques – sur un tableau de bord. Il peut ainsi voir si l’élève a bien réalisé ses devoirs."

Suite au constat alarmant de l'OMS

Ces devoirs en éducation physique ambitionnent de faire bouger les élèves. "Tout part du constat tiré récemment par l’Organisation Mondiale de la Santé, reprend Laurent Baijot. L’OMS a mis en évidence que la condition physique de nos ados a chuté ces dernières années. On s’est dit qu’il y avait moyen d’adapter notre appli pour inventer ce concept nouveau de devoirs sportifs."

La mise en place n’a pas été un long fleuve tranquille. Certains ont crié à une surcharge de travail pour les élèves. Mais après plusieurs mois d’utilisation de l’appli, Samuel Blanchart, le prof d’éducation physique, tire un bilan positif. "Beaucoup d’élèves se sont remis au sport grâce à ça, remarque-t-il. Certains ont même pris goût. Ils ne prennent plus le bus et viennent à l’école à pied. Ils se reprennent en main et pour moi c’est l’essentiel."

L'application fonctionne en effet aussi comme un jeu. Lors de chaque activité, l'élève gagne des points, monte de niveau et se place dans un classement. Pour l’instant, la solution numérique est utilisée gratuitement par les écoles en test. Mais la start-up "Formyfit" cherche à financer un projet qui toucherait plus d’établissements. Elle évalue le coût de sa solution numérique à 3€ par mois par élève.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK