Des déchets illégaux se consument depuis 9 jours à Frameries

Les alentours de l'usine Lock'O sont assez densément peuplés. Le bourgmestre affirme que les substances en feu ne sont pas toxiques.
Les alentours de l'usine Lock'O sont assez densément peuplés. Le bourgmestre affirme que les substances en feu ne sont pas toxiques. - © Google Maps

Le confinement pourrait prendre fin ce mardi pour les habitants proches de l'ancienne usine Doosan, l'entreprise Lock'O à Frameries. Cela fait aujourd'hui neuf jours qu'un incendie s'est produit sur le site. Site qui est d'ailleurs toujours sous surveillance. La matière qui est en train de se consumer est constituée de milliers de tonnes de résidus de voitures broyées. Des déchets illégaux, qui n'auraient pas dû se trouver là. La société qui a loué le hangar à Lock'O n'avait pas l'autorisation de les y entreposer. Lock'O avait d'ailleurs déposé plainte contre son locataire. C'est une société de Jemeppe-sur-Meuse qui loue le hangar. Elle était censée y stocker des matériaux de construction. Mais c'est une autre société qui y a stocké ces résidus de voitures broyées. Pour l'instant, les pompiers sont toujours sur place pour surveiller ces montagnes de résidus que la protection civile a dû étaler en tas afin de limiter le limiter le risque de reprise de l'incendie. Depuis 9 jours, donc, ces déchets se consument. Les autorités ont demandé aux habitants vendredi d'éviter d'ouvrir leurs portes et fenêtres. Il est possible que les pompiers finissent de sécuriser les lieux ce mardi, selon le bourgmestre. Et donc le confinement devrait cesser.

Il ne s'agit pas de fumées dangereuses, affirme Jean-Marc Dupont, mais de poussières et d'odeurs désagréables. 

Reste qu'il va falloir évacuer tout ça. Et puis payer la note. Elle s'annonce salée. L'affaire risque fort de se régler devant les tribunaux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK