De nombreuses réactions politiques à propos du décès de Véronique Cornet

Véronique Cornet en juin 2014
Véronique Cornet en juin 2014 - © Belga - Laurie Dieffembacq

Les premières réactions au décès de la bourgmestre MR de Montigny-le-Tilleul ce mardi 14 juillet sont bien sûr venues de sa famille politique. Ainsi le Premier ministre Charles Michel (MR) a-t-il déclaré : "J'ai une pensée très émue pour sa famille, pour ses enfants mais aussi pour tous ses amis libéraux. J'ai eu l'occasion de travailler avec Véronique, surtout à l'époque où j'étais Ministre wallon des Affaires intérieures. Véro, comme on l'appelait tous, était particulièrement impliquée dans son travail parlementaire, notamment sur les questions relatives à l'autonomie communale et au développement économique de sa région. Elle allait au bout de ses dossiers qu'elle avait explorés. Véronique était une battante, une travailleuse passionnée, profondément attachée à sa commune. Elle s'est mobilisée pour faire progresser les dossiers au service de sa population. Le grand Charleroi, la Wallonie perdent une femme politique exceptionnelle qui se battait pour concrétiser ses idéaux de justice sociale à travers un développement économique harmonieux ".

Chez les réformateurs encore

Le président du MR Olivier Chastel, qui a twitté la nouvelle ce mardi matin, s’est aussi exprimé : "Ses qualités professionnelles, ses qualités humaines manqueront à la vie politique. Pour Véronique, la politique était plus qu'un métier: c'était une passion. Elle l'avait héritée de son père et de son grand-père, qui l'ont précédée au mayorat de Montigny-le-Tilleul, bastion libéral aux portes de Charleroi. Energique, spontanée, tenace, Véronique faisait de la politique 'avec ses tripes', comme elle le disait elle-même."

Pour Françoise Bertieaux, Cheffe de Groupe MR au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles : " Toutes nos pensées accompagnent tout particulièrement ses deux enfants. Elle se sera battue avec force et dignité et laisse le souvenir d'une femme déterminée, toujours prête à se lever pour ses convictions. Au revoir Véronique ! "

Le chef de groupe MR au parlement wallon, Pierre-Yves Jeholet, a salué une "battante, femme de conviction avec un coeur énorme". Il évoque surtout "une véritable amie, une femme sincère, loyale et de conviction qui a lutté ces dernières années avec beaucoup de courage contre la maladie".

Au Parti Socialiste

Rudy Demotte (PS), ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a déclaré : " Véronique était de ces personnes qui ne laissent pas indifférents. J'ai toujours eu un contact singulier et spécial avec elle. Souriante et coriace à la fois, elle gérait ses dossiers communaux et régionaux avec beaucoup de force et conviction, sans jamais se laisser déstabiliser. Ce fut un plaisir de travailler avec elle durant toutes ces années, d'abord au Parlement fédéral et ensuite au Parlement wallon. C'était donc avec bonheur que j'ai pu croiser sa route. Elle a mené son combat contre sa maladie avec une grande dignité. J'adresse mes plus sincères condoléances à sa famille et surtout à ses enfants pour lesquels j'ai une pensée très émue aujourd'hui. "

Anthony Dufrane (PS), député wallon et conseiller communal carolo, a travaillé de 2000 à 2006 au sein du collège communal de Montigny-le-Tilleul. "C'était une dame vraiment attachante. J'ai en effet eu la chance de commencer ma carrière politique à ses côtés et j'ai appris énormément de choses avec elle. Même si nous n'avions pas les mêmes opinions politiques, il faut reconnaître qu'il s'agissait d'une femme d'engagement et de combat d'une intégrité sans pareille. Sa volonté a toujours été de défendre chacun de ses citoyens. Quant elle avait une cause à défendre, elle la défendait vraiment jusqu'au bout sans jamais lâcher prise avec son franc parler et une énergie débordante. Ses liens étaient très forts avec la population car elle défendait sa commune corps et âme. Elle voulait tourner sa commune vers la modernité tout en gardant une âme villageoise pour la localité. Véronique était toujours présente avec un grand sourire à toutes les festivités organisée dans la commune. Je garderai en mémoire ce sourire."

Au cdH aussi

Benoît Lutgen, président du cdH, salue avec beaucoup d'émotion le dynamisme, la générosité, la chaleur humaine et le caractère de cette forte personnalité. "Véronique Cornet aura marqué la vie politique wallonne par la qualité et la pertinence de ses interventions, notamment au Parlement wallon dont elle a assumé la première vice-présidence. Véronique Cornet défendait ses idées avec une force de conviction inébranlable, tout en étant toujours respectueuse de ses adversaires politiques et des institutions". Par delà les confrontations d'idées, Benoît Lutgen avait tissé un vrai lien de respect et d'amitié avec Véronique Cornet : "Son tempérament, son énergie, ses arguments, ses réparties, son humour, donnaient de la hauteur aux débats. Si elle était très attachée à sa région de Charleroi et à sa commune, Montigny-le-Tilleul où elle a succédé à son grand-père Clotaire Cornet et à son papa, Philippe, Véronique Cornet était avant tout engagée pour la Wallonie dans son ensemble. Elle avait le sens de l'intérêt général. Véronique Cornet a fait honneur à la politique." Benoît Lutgen présente sa sympathie émue à sa famille et à ses proches.

Joëlle Milquet (cdH), vice-ministre-présidente du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a écrit : " Je voudrais exprimer ma profonde tristesse suite au décès de Véronique Cornet et rendre un hommage personnel à cette grande dame tant dans la politique que dans la vie, à son courage extraordinaire, à sa combativité face à la maladie, à sa convivialité, son énergie au service de tous, son sens des valeurs et de l'amitié, sa grande compétence dans la gestion des affaires publiques, son travail jusqu'au bout en commission via des questions écrites pertinentes et nombreuses. Son départ aussi injuste que précoce laisse la Communauté française orpheline d'une parlementaire aussi humaine que talentueuse que nous n'oublierons pas. Je me permets d'exprimer toutes mes condoléances à sa famille et à ses proches."

Pour Véronique Salvi (cdH), députée wallonne et conseillère communale à Charleroi, "Au-delà de l'émotion qui est la plus importante aujourd'hui, il faut penser à tout ce que Véronique Cornet laissera à Charleroi. On a encore eu un combat politique il y a moins d'un an au moment des élections régionales et elle défendait avec énormément d'énergie et de courage ce que en croit elle croyait. Elle aimait profondément Charleroi et elle croyait en son redéploiement économique. Elle était férue de dossiers sur l'aménagement urbain, sur le développement de l'aéroport, sur la nationale 5 : des dossiers sur lesquels elle revenait inlassablement au Parlement wallon. C'était ça aussi la personnalité de Véronique Cornet : une femme qui ne lâchait jamais le morceau qui était entière et passionnée par la vie, le combat politique, sa famille et ses amis. Elle s'en va aujourd'hui mais elle marque indéniablement l'histoire de l'arrondissement de Charleroi et de sa commune qu'elle chérissait par dessus tout."

Chez les Ecolos

Les coprésidents d'Ecolo, Zakia Khattabi et Patrick Dupriez, se sont exprimés dans un communiqué : "Nous garderons de Véronique l'image d'une personnalité politique chaleureuse et engagée, appréciée de toutes et tous".