De Mons à Tournai : le bâtiment débordé, les marchands de matériaux aussi

Le secteur du bâtiment ne sait plus où donner de la tête. Pour certains, les traditionnels congés du bâtiment, sont même passés à la trappe, pour essayer de résorber les pertes liées au confinement. Et aussi honorer toutes les commandes des Belges qui ont finalement consacré leur budget vacances… à des travaux dans la maison.
Les carnets de commandes sont pleins… et, ça se ressent chez les marchands de matériaux. Au point que certaines marchandises sont en rupture de stock. Les clients affluent. Professionnels, et – c’est nouveau- pas mal de particuliers. Chez Hervé Thiébaut, à Tournai, on est passé de 250 à 350 clients par jour : "On a eu beaucoup de demandes de particuliers durant le Covid, quand les professionnels étaient à l’arrêt. Ces commandes se sont transformées en achats, qu’on doit livrer. Et la mise en œuvre se fait par les professionnels, qui eux, ont des demandes très nombreuses, tout d’un coup. Et évidemment, il faut les assumer", détaille le patron.

Chez Thiébaut, les pertes engendrées par le confinement ont été rattrapées. Pas encore chez Gobert Matériaux, à Mons, malgré une augmentation des ventes de 16% en juin et juillet, comme le déplore la porte-parole, Julie Curatolo : "Malheureusement pas encore. Parce que c’est vrai que sur les mois de mars, avril, mai, on a enregistré une perte de plus de 25%. Donc, non, on n’a pas encore comblé. Mais on espère que la tendance va rester la même jusqu’à la fin de l’année et que la météo va suivre".

L’incertitude pour 2021

Le secteur de la construction est donc à la fois débordé, rassuré, et aussi craintif, pour l’année prochaine : "Il faudra voir si l’année prochaine on ne risque pas d’être pénalisés. Si c’est l’argent des vacances de cette année qui a permis de faire ces achats de matériaux et ces travaux, eh bien tant mieux (et espérons que l’année prochaine tout le monde pourra partir en vacances) mais si c’est aux dépens de la suite, ça risque d’être plus compliqué", conclut Hervé Thiébaut.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK