De la matière irradiée transportée pour la première fois entre Fleurus et Mol

Illustration
Illustration - © VIRGINIE LEFOUR - BELGA

Un premier transport de matière irradiée a été réalisé, ce mercredi, de Fleurus à Mol. C’est ce qu’indiquent, aujourd’hui jeudi, l’Institut national des Radioéléments (IRE) et le Centre d’Etude de l’Energie nucléaire (SCK-CEN). Tous deux ont conclu il y a quelques mois, un partenariat baptisé Recumo permettant de valoriser l’ensemble des résidus fortement radioactifs actuellement entreposés à Fleurus (IRE) ainsi que ceux qui seront produits dans les deux prochaines décennies.

Ce partenariat s’est donc concrétisé mercredi par le premier transport de matière irradiée du premier site à l’autre. Un transport qui s’est passé sans accroc et "selon les conditions convenues avec les autorités et dans le respect le plus strict des normes nationales et internationales en matière de sûreté et de sécurité nucléaire", affirment les deux acteurs.

L’IRE joue un rôle clé en matière d’isotopes médicaux : sur base d’uranium 235 enrichi au SCK-CEN, à Mol, il assure en effet 25% de la production mondiale du molybdène-99, le radio-isotope le plus utilisé en imagerie médicale. "Ces radio-isotopes sont essentiels pour le diagnostic, mais aussi pour le traitement de certaines maladies, principalement le cancer", souligne Erich Kellegger, CEO de l’IRE. "Ils jouent donc un rôle clé dans la lutte contre le cancer, touchant chaque année plus de 65.000 patients en Belgique. Un chiffre qui ne fera qu’augmenter à l’avenir, passant déjà à quelque 80.000 cas en 2025."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK