Coronavirus en Belgique : les petits cinémas sont à l'agonie et appellent à l'aide

Illustration
Illustration - © Belga - AFP

La Fédération des Cinémas de Belgique est aux abois à cause de la crise sanitaire et des restrictions dues au coronavirus. La semaine dernière, elle a adressé une lettre ouverte à plusieurs ministres. Le secteur y crie au secours. Pour lui, chaque mois qui passe coûterait 25 millions d’euros. Alors, il réclame une aide urgente, significative et immédiate. Mais il faudrait qu’elle puisse aussi courir sur le long terme.

Mathieu Bakolas, le patron du Quai 10 à Charleroi, ne pense pas autrement et résume, en quelques mots, l’état d’esprit du secteur : "Ce n’est plus tenable. Je pense que c’est la longueur de la période et la longueur des sacrifices qui sont consentis qui deviennent vraiment très compliquées à vivre. On demande de l’aide évidemment, on demande aussi des perspectives, des informations, des dates. Parce que nous, on est des relais pour notre personnel et tous ces gens sont eux aussi en attente d'espoir. Et on aimerait pouvoir leur donner des réponses."

Des aides trop maigres ?

Au total ce sont 1250 acteurs, réalisateurs, producteurs et techniciens qui sont dans cette angoisse et qui appellent à l’aide dans la lettre ouverte. Et il faut donc des informations ainsi que des perspectives. Mais aussi une aide financière. Car la lettre pointe aussi la maigreur des aides octroyées jusqu’ici au secteur par rapport aux pays voisins.


►►► Lire aussi : Trois pistes pour la survie du secteur culturel


Je pense qu’il va falloir longtemps pour qu’on retrouve cette ambiance où les gens venaient vraiment se divertir

Enfin, une autre inquiétude concerne la réouverture des salles obscures. Quelles conditions seront imposées ? Le public osera-t-il revenir dans les salles ? 2021 sera donc très difficile et pour Dominique Pescatore, la directrice du Stuart de La Louvière, il faudra aussi des aides financières à ce moment-là : "Il va falloir relancer la machine tout doucement et ça ne va pas se faire du jour au lendemain. Je pense qu’il va falloir longtemps pour qu’on retrouve cette ambiance où les gens venaient vraiment se divertir. Il va falloir beaucoup de temps et c’est à ce moment-là qu’on va avoir besoin de l’aide."

Et cette réouverture, on le sait depuis vendredi dernier, elle ne devrait pas intervenir avant le mois d’avril...Au mieux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK