Coronavirus à Charleroi : pas de visites autorisées pour les maisons de repos du CPAS et de l'ISPPC

Coronavirus à Charleroi : pas de visites autorisées pour les maisons de repos du CPAS et de l’ISPPC
Coronavirus à Charleroi : pas de visites autorisées pour les maisons de repos du CPAS et de l’ISPPC - © CPAS Charleroi

En l’absence d’instructions précises de la Région wallonne sur la décision fédérale rendant possible la visite d’un proche par résident des maisons de repos, l’ISPPC (Intercommunale de Santé Publique du Pays de Charleroi) et le CPAS de Charleroi ont décidé de ne pas appliquer cette mesure et le font savoir dans un communiqué adressé à la presse ce jeudi après-midi. Les mesures et procédures mises en place depuis le 10 mars seront donc poursuivies dans l’intérêt des familles, des résidents et du personnel.

Les signataires du communiqué se disent bien conscients des difficultés que connaissent les familles après quatre semaines de séparation. Mais ils estiment qu’en l’état actuel, l’autorisation des visites aura des conséquences dramatiques pour les résidents. Ils soulignent ainsi que "Tant les maisons de repos et de soins de l’ISPPC que du CPAS ont pu, jusqu’à présent, limiter la propagation du virus au sein de leurs établissements grâce à une vigilance extrême et au professionnalisme des équipes. Et, malgré ces mesures drastiques, des contaminations sont survenues. Sans l’établissement des procédures strictes qui garantiront la sécurité des résidents et du personnel, l’ISPPC et le CPAS maintiendront donc l’interdiction des visites. Il est de notre devoir de protéger la santé et la vie de l’ensemble de ces personnes."

Cette décision sera communiquée à l’ensemble des résidents ainsi qu’à leurs proches. Les moyens technologiques qui ont déjà été mis en place pour communiquer avec les familles seront bien entendu maintenus.

Aucune date n’est précisée, dans le communiqué, par rapport à la fin de cette interdiction de visite mais on peut supposer qu’elle sera efficiente au moins jusqu’au 3 mai.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK