Comines, Celles, Ellezelles, Mont de l'Enclus : la fin de l'électricité flamande pour ces communes wallonnes?

Comines, Celles, Mont de l'Enclus et Ellezelles changeront peut-être de réseau.
Comines, Celles, Mont de l'Enclus et Ellezelles changeront peut-être de réseau. - © Belga

"On ne va pas se laisser faire et accepter n’importe quoi !" Le bourgmestre de Mont de l’Enclus Jean-Pierre Bourdeaud’huy (MR) est très remonté. Gaselwest, le gestionnaire de réseau de gaz et d'électricité flamand, veut se séparer de Mont de l'Enclus et de trois autres communes wallonnes. Conséquence de décisions politiques qui ont fait suite à la dernière réforme de l'Etat et qui prévoient une homogénéité territoriale pour les intercommunales.

"Un contrat jusqu’en 2023 "

Comines-Warneton, Celles, Mont de l’Enclus et Ellezelles sont donc priées de faire leurs valises et de se trouver un gestionnaire wallon de gaz et d’électricité. Problème : certaines de ces communes n’ont pas spécialement envie de changer d’air. Celles et Mont de l’Enclus craignent de perdre des plumes dans l’aventure. Principale pierre d’achoppement : l'infrastructure. Mont de l’Enclus, par exemple, est propriétaire des poteaux électriques, pas des câbles. La crainte du bourgmestre est donc de devoir acheter ces câbles lors de la transaction entre Gaselwest et le nouveau gestionnaire. Une opération qui coûterait 170.000 euros à la Commune.

La volonté de Gaselwest est de se débarrasser de ses affiliées wallonnes pour le 1er avril 2019. "Mais, fait remarquer Jean-Pierre Bourdeaud’huy. Nous avons un contrat qui nous lie jusqu’en 2023 et nous sommes très satisfaits du service proposé par Gaselwest. Ce contrat ne peut pas être rompu de façon unilatérale." Pour le bourgmestre enclusien, les communes pourraient donc tout à fait ignorer la demande de l’intercommunale.

Des conséquences pour les habitants ?

Du côté du cabinet du ministre de l’Energie Jean-Luc Crucke ont craint toutefois que ce bras de fer ait des conséquences pour les habitants des communes concernées. Gaselwest n’a pas rentré de plan d’investissement auprès de la Wallonie. Après 2019, elle risque donc de délaisser les communes wallonnes récalcitrantes. Autre crainte : que le prix de l'électricité augmente pour les habitants de la zone concernée.

Le cabinet du ministre précise qu’il ne roule pas pour ORES, mais il fait remarquer que ce gestionnaire wallon est prêt à accueillir les quatre communes concernées. Il précise aussi que les tarifs pratiqués par ORES sont inférieurs à ceux de Gaselwest.  En 2016, Frasnes-lez-Anvaing – commune dont Jean-Luc Crucke est bourgmestre en titre – avait d’ailleurs quitté Gaselwest pour ORES.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK