Comines: 30 collecteurs de feuilles mortes à disposition des habitants

30 bacs grillagés pour accueillir les feuilles
2 images
30 bacs grillagés pour accueillir les feuilles - © C Legrand

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle, comme dit la chanson! Mais que faire de ces énormes tas ? En Flandres, de nombreuses communes ont déjà installé des collecteurs spécifiques. L'idée commence à se répandre, de l'autre côté de la frontière linguistique. A Comines Warneton, 30 collecteurs sont accessibles depuis la fin du mois d'octobre. Et le succès est au rendez-vous.

Didier Soete n'est pas seulement médecin généraliste, échevin de la propreté à Comines. Il est aussi fan de vélo. Et c'est lors de ses balades du week-end, dans les petits villages flamands, qu'il a eu une idée. "Je voyais souvent des collecteurs de feuilles mortes. Je me suis dit 'pourquoi ne pas faire la même chose chez nous?' Nous avons beaucoup de zones boisées, donc beaucoup de feuilles mortes qui encombrent les trottoirs, les avaloirs, qui salissent…" 

 

Les services techniques ont fabriqué des collecteurs, en découpant des grillages. "Nous avons commencé avec 20 collecteurs, puis 30". Ils sont répartis sur toute l'entité, aussi bien à Comines-centre que dans les villages. Colette habite à quelques enjambées d'un de ces fameux collecteurs. Elle se dit soulagée de ne plus devoir multiplier les allers-retours au parc à conteneurs, la voiture chargée de sacs très lourds. "Les feuilles humides pèsent beaucoup de poids. Avant, c'était mon mari qui se chargeait de les porter. Maintenant, je peux faire ça moi-même. C'est vraiment une belle initiative, c'est bien plus pratique!". Les feuilles ramassées par les habitants sont versées dans une benne, une fois par semaine. Le tout terminera en compost. Dans quelques mois, à l'époque des plantations printanières, les ouvriers communaux se serviront de cet engrais naturel. "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme", comme disait Lavoisier...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK