Collecte solidaire pour la "Jungle" de Calais à l'Athénée de Morlanwelz

Collecte solidaire pour Calais, à l'athénée de Morlanwelz
2 images
Collecte solidaire pour Calais, à l'athénée de Morlanwelz - © Tous droits réservés

Depuis ce lundi, l’Athénée provincial de Morlanwelz dans la région du centre collecte vivres, vêtements, et fournitures scolaires pour les enfants et adolescents qui vivent dans la "Jungle" de Calais. Enseignants et élèves ont répondu à l’appel lancé par une ASBL liégeoise. 

Pour l'instant, quelques sacs en plastique remplis de vêtements et de fournitures scolaires sont rassemblés. Ce n’est encore que le début de cette collecte. Nous sommes en présence d’élèves, d’adolescents de 15 ans. Ils sont sensibilisés depuis plusieurs jours aux conditions de vie dans le camp de Calais.

Vivres, vêtements, parapluies, manteaux, cahiers...

"J’aimerais apporter des vêtements chauds, ils en ont besoin. Leurs conditions de vie sont misérables", nous annonce la première élève. Une seconde adolescente renchérit : "Je compte aussi leur apporter des chaussures imperméables". Des vivres, parapluies, manteaux, cahiers… la liste s'allonge à mesure que les élèves prennent la parole. Ils s'appellent Jessica, Islam, Aline, Célina, Maxime, Laurine, et Alissa - des élèves qui pour certains ignoraient l’existence même de Calais, il y a encore quelques semaines.

Ce n'est plus le cas aujourd'hui : "J’ai vu que plusieurs migrants voulaient vraiment rentrer chez parce que les conditions ici étaient encore pire que là d’où ils viennent. Ce n’est pas normal. Ils fuient la famine, ils fuient la guerre, tout ça pour être considérés ici comme des moins que rien".

"Si on était dans leur cas, on aimerait être aidé. Et là, on leur ferme toutes les portes. Calais est surnommé le 'camp de la honte' justement parce qu’ils sont mal nourris, et mal logés."

Un sac à dos pour un ado

Il y aurait aujourd’hui à Calais près de 500 mineurs non accompagnés, selon des estimations récentes d'une ONG sur place. D’où l’idée lancée par deux enseignantes de cet Athénée. "Les adolescents ne se rendent pas toujours compte du confort dans lequel ils vivent, d'être assis en classe et d'apprendre plein de choses, souligne Sophie Mathieu, professeur de langues. C'est pour ça que nous avons fait appel à nos ados ici à l'école, pour aider d'autres adolescents, là-bas sur place, qui n'ont pas leur chance."

"Un sac à dos pour un ado", voilà le nom donné à la collecte par les deux enseignantes qui en sont à l'initiative. La collecte se poursuit jusqu'au 3 mars. Elle sera ensuite apportée à Calais par une association de la Région liégeoise. Les demandes sont urgentes, en particulier pour du matériel de cuisine : marmites, grandes casseroles (de 60 litres), réchauds... pourraient aider les bénévoles déjà sur place à préparer de la nourriture.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK