Clarebout n'est plus prioritaire à Frameries: une bataille gagnée pour les riverains

Les riverains croyaient en leurs chances... et ils avaient raison. Le retrait du droit de préférence de Clarebout est un petit coup de frein, mais pas un arrêt total du projet d'usine à frites à Frameries.
Les riverains croyaient en leurs chances... et ils avaient raison. Le retrait du droit de préférence de Clarebout est un petit coup de frein, mais pas un arrêt total du projet d'usine à frites à Frameries. - © P.W.

Treize voix pour, sept contre. Le vote était secret, mais une majorité claire et nette s'est dégagée en défaveur de l'entreprise Clarebout. Mercredi matin, les administrateurs de l'intercommunale IDEA ont acté le retrait du droit de préférence de la société flamande. Les promoteurs de l'usine à frites et à chips ne sont par conséquent plus prioritaires pour les 16 hectares qu'ils convoitent à Frameries. 

Le conseil d'administration a par ailleurs indiqué qu'il considérait le site de Frameries comme « inapproprié au développement du projet Clarebout ». La directrice générale d'IDEA est priée de poursuivre l'étude de sites alternatifs pour Clarebout. Devant le siège de l'intercommunale montoise, une trentaine de riverains ont accueilli cette décision avec soulagement. « On n'a pas gagné la guerre, mais on a gagné une bataille », résume Florence Defourny, du comité Les Amis du Crachet.

En avril dernier, le conseil d’administration n’avait pas pu se prononcer, faute de quorum. Un autre conseil a été reporté le 2 mai dernier. C’est donc la joie du côté des riverains. Mais l'entreprise flamande n’a pas dit son dernier mot. « Nos avocats vont se pencher sur ce dossier. On va voir quelle est notre marge de manœuvre. Mais Frameries reste notre priorité. Tous les éléments qu'on a aujourd'hui nous indiquent que c'est l'endroit idéal » explique Jan Poté, porte-parole de Clarebout.

Par ailleurs, l’administration wallonne vient d’émettre un avis négatif sur le recours des riverains lié à propos d’un grand frigo construit sur le site de Frameries. Le ministre wallon de l'aménagement du territoire Carlo Di Antonio a jusqu’à la fin du mois pour confirmer ou non cet avis.

Archives: Journal télévisé 14/01/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK