Chièvres: des particuliers sont candidats à l'accueil de réfugiés

La Grand-Place de Chièvres
2 images
La Grand-Place de Chièvres - © Google maps

Suite à l’arrivée massive de réfugiés sur le sol belge, le gouvernement fédéral avait décidé une répartition des demandeurs d’asile dans les différentes communes.

Chaque commune est ainsi tenue, sous peine d’amende, d’accueillir un nombre défini de réfugiés. La commune de Chièvres doit ainsi héberger neuf migrants dans un délai de six mois. Bruno Lefebvre (PS), ne fuit pas ses responsabilités mais "nous voulions accueillir ces migrants dans de très bonnes conditions, explique le bourgmestre, alors soit on les plaçait dans des logements sociaux, ce n’est pas notre volonté parce qu’on pense qu’ils ne vont pas être intégrés correctement de cette manière, nous avons donc choisi une autre solution".

Se tourner vers le privé

Cette autre solution c’est de se tourner vers le privé. Début mars, Bruno Lefebvre a ainsi demandé à ses concitoyens , via des toutes boîtes, s’ils pouvaient mettre un logement à disposition de réfugiés. "Pour le propriétaire qui s’engage dans cette option, il n’y a pas de grands risques puisque ce sera un contrat de bail avec une structure publique, le CPAS. Ce sera donc le CPAS qui prendra en charge la caution de deux mois et le payement du loyer. Et si, par malheur, il devait il y avoir des dégâts c’est le CPAS qui les prendrait en charge également".

Le bourgmestre explique, qu’ à ce stade, sur les trois propriétaires qui se sont manifestés, deux sont en mesure d’accueillir très rapidement. Il compte donc rapidement prendre contact avec le Fédéral pour signaler cette disponibilité immédiate.

Quand on interroge Michel Kulak sur ce qui l’a incité à mettre cette maison à disposition de réfugiés sa réponse est directe "je suis moi-même d’origine polonaise et petit-fils d’immigré, puisque mon grand-père, est venu travailler dans les mines à Hautrage, je pense donc que c’est naturel de renvoyer l’ascenseur puisque ma famille a pu, elle, s’installer en Belgique".

Les motivations d'un propriétaire

Monsieur Kulak est d’autant plus satisfait que sa maison est située juste à côté de l’école, ce qui, si la famille a des enfants, favorisera les échanges "le mélange des cultures est intéressant pour tout le monde, il y a des choses intéressantes à retirer de toutes les cultures, tout le monde en sortira grandi".

La maison que Michel Kulak propose est un bien pour une famille avec un ou deux enfants. Il souhaite que d’autres habitants qui sont propriétaires lui emboîtent le pas et proposent, eux aussi, leur bien en location.

C’est le CPAS qui payera donc le loyer à Michel Kulak. Et le CPAS, lui, est indemnisé au prorata du nombre de personnes accueillies dans la commune à concurrence de 39€ par personne et par jour.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK