Charleroi vs Bruxelles: le communiqué du Musée de la Photographie carolo

Le musée de la photographie à Charleroi
Le musée de la photographie à Charleroi - © Musée de la photographie

Comme il l'avait annoncé le weekend dernier, le Musée de la Photographie de Charleroi a publié ce mardi un communiqué relatif à l'affaire qui l'oppose à l'asbl Recyclart de Bruxelles sur l'utilisation de son appellation. Question de faire connaître son point de vue dans ce dossier où beaucoup de choses ont déjà été dites, apparemment par d'autres.

Selon les dirigeants du musée carolo, "les circonstances du différend opposant le Musée de la photographie à l'asbl Recyclart ont été présentées de façon partielle voire tronquée sur les réseaux sociaux, dans la presse et dans la lettre ouverte."

Dès lors, il leur a paru utile de revenir sur la chronologie des faits.

Ayant appris il y a quelque temps déjà que l'asbl Recyclart utilisait le terme de Musée de la Photographie pour ses projets liés à la photographie, Xavier Canonne, le directeur du musée carolo a adressé, le 16 mai 2017, un courrier présenté comme courtois au président de l'asbl Recyclart lui demandant de bien vouloir modifier l'intitulé desdits projets et proposant de le rencontrer. Selon la direction du musée de Charleroi, ces courriers, sous format papier puis électronique, adressés à Sébastien Cruyt, président de Recyclart, sont restés sans réponse.

Le 29 juin 2017, à la demande du directeur, l'avocat-conseil du Musée de la photographie a adressé un courrier recommandé au président et à quelques autres administrateurs de l'asbl Recyclart. Le même jour, cette lettre à destinataires restreints a été affichée dans son entièreté sur les murs de Recyclart et diffusée massivement sur les réseaux sociaux.

Le 5 juillet 2017, le président de l'asbl Recyclart a répondu par recommandé à l’avocat-conseil du Musée, manifestant son incompréhension et souhaitant une rencontre.

Après divers échanges de courrier, une réunion entre les parties a enfin lieu dans les bureaux de l'avocat-conseil de Recyclart, à Bruxelles le 26 octobre 2017.

Le respect mutuel doit être maintenu

Le communiqué du musée de Mont-sur-Marchienne se poursuit alors ainsi: "Au terme de cette rencontre, sans encore engager de procédure légale et toujours dans un souhait de conciliation, le Musée de la photographie a proposé à l'asbl Recyclart un délai de trois semaines (jusqu’au 17 novembre) afin d'envisager sereinement la situation et de trouver une appellation susceptible de mettre fin à la confusion entre nos activités respectives. (…) Le 16 novembre 2017, par voie électronique, le conseil de l'asbl Recyclart propose une modification de la dénomination de son projet photographique autre que " Musée de la Photographie".  Informé par son avocat-conseil, le Musée de la photographie reçoit favorablement cette adaptation et en informe ce dernier par mail le 17 novembre. Le 18 novembre 2017, nous constatons la mise en ligne d’une lettre ouverte. Tout au long de ce dossier, le Musée de la photographie a manifestement fait preuve de compréhension, de respect, de patience et d'une nette volonté de conciliation. Nous n'avons pas, en effet, pour habitude de nous engager dans des procédures inutiles et coûteuses, ni de tenter de rançonner ou de "tuer" qui que ce soit. Notre but, en tant que musée, est de valoriser la photographie, quel qu’en soit le cadre, pour autant que le respect mutuel soit maintenu. Une simple modification de l'appellation usurpée ou l'ajout d'un qualificatif de nature à la distinguer auraient suffi à ne pas envenimer la situation, sauf à l'avoir délibérément recherché ou de prendre le rôle de victime, ce que le déferlement d'injures sur les réseaux sociaux et par courrier électronique incline malheureusement à penser. Le Musée de la photographie existe depuis trente ans sous cette appellation. Il n'a jamais revendiqué le monopole de la photographie en Belgique et demeure, comme précisé en sa lettre du 16 mai 2017 à l'asbl Recyclart, ouvert à toute forme de collaboration pour la promotion des photographes en Belgique et à l'étranger. Nombre de ceux figurant dans le projet de Recyclart ont fait ou feront l'objet d'une exposition au Musée de la photographie."

Pour l’heure donc, il semblerait que, tant qu'il n'y a pas d'arrangement, la situation reste figée avec, à la clé, une demande d'astreinte de 500 euros par utilisation sur papier ou sur Internet de l'appellation "Musée de la Photographie" par l'asbl Recyclart. Rien ne permet en tous cas d'en douter à la lecture du communiqué publié ce mardi par le Musée de la Photographie de Charleroi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK