Charleroi: un escroc récidiviste condamné à trois ans de prison pour fraude

Le dirigeant d'une entreprise d'imprimerie qui ne rémunérait pas ses employés a été condamné ce lundi à trois ans de prison ferme et 42.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Charleroi.

La justice a voulu marquer le coup dans un dossier qu'elle qualifie de grave puisque Stephane Coszack était récidiviste. Ce sont des fraudes à la rémunération qui lui étaient ici reprochées pour des faits remontant à 2013.

Par l’intermédiaire d’une annonce placée sur le site du Forem, l’homme avait engagé une graphiste et cinq délégués commerciaux avec des contrats à durée déterminée signés à Liège pour un travail dont ils n’ont pas été payés. Leur contrat laissait entrevoir la possibilité d’un CDI et prévoyait des avantages comme PC, GSM, carte de carburant et véhicule de société. Lors des entretiens d’embauche, il avait été souligné que la société possédait une imprimerie d’un million d’euros.

Mais, très vite, les six personnes concernées se sont retrouvées dans une situation financière très difficile face à un employeur qui, en plus, ne s’inquiétait pas du tout du sort de ces employés.

Plainte avait alors été déposée auprès de la zone de police de Mariemont.

Véritable expert de la fraude, Stéphane Coszack avait déjà passé sept ans en prison pour de nombreuses escroqueries dont la vente de places de spectacles fictifs. Ces antécédents ont donc incité le procureur à demander l'arrestation immédiate du prévenu qui n’était pas présent au tribunal.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK