Charleroi: un an de prison pour avoir récolté l'argent d'enfants malades à leur profit

Illustration
Illustration - © rtbf.be

Trois prévenus ont écopé d'un an de prison ferme, ce mercredi, devant le tribunal correctionnel de Charleroi pour faux, escroquerie et mise au travail frauduleux de bénévoles. Administrateurs d'une asbl récoltant des dons pour les enfants atteints d'une maladie orpheline, ils ont détourné 20 000 euros à leur profit, notamment pour financer leur passion pour la moto.

L'asbl "Ensemble main dans la main" a été créée il y a quelques années par les trois prévenus afin de récolter des fonds pour aider les enfants malades dans le financement de leur traitement. Des bénévoles étaient chargés de faire du porte-à-porte et de vendre des cartes de soutien de cinq et dix euros.

Selon le parquet, seule une infime partie de ces dons ont réellement été versés aux enfants. "La comptabilité de 2013 démontre que seulement 1 859 euros de frais médicaux ont été payés", a expliqué le substitut Olivier David lors de son réquisitoire. "Or, via les auditions des bénévoles, on sait que les sommes récoltées étaient bien plus importantes. Certains affirment avoir reçu 200 euros par jour, d'autres avoir travaillé une cinquantaine de fois, alors qu'on ne retrouve trace que de deux prestations. En outre, les démarcheurs déclarent qu'ils touchaient 50% des sommes, ce qui constitue une rémunération illégale puisqu'il s'agissait d'allocataires sociaux".

En se basant sur les impressions des cartes de soutien, le parquet a évalué la fraude à 20 000 euros. "Aux enquêteurs, deux administrateurs expliquent qu'ils dépensaient 15 000 euros par an pour participer au championnat de Belgique de mini-moto. Or, ils n'ont pas de revenus déclarés pour cette période", a ajouté le magistrat.

Malgré les dénégations des prévenus, le tribunal a estimé les infractions établies en se basant sur le nombre de cartes de soutien imprimées, leur train de vie sans rapport avec leur statut et sur les déclarations des bénévoles. Les trois intéressés ont écopé d'un an de prison ferme et 6 000 euros d'amende. La somme de 20 000 euros leur sera également confisquée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir