Charleroi sera plus sévère en matière de permis d'urbanisme

Charleroi va continuer cette politique de contrôles intensifs des logements (illustration).
Charleroi va continuer cette politique de contrôles intensifs des logements (illustration). - © Tous droits réservés

Des habitants précarisés logés dans des conditions épouvantables, la ville de Charleroi ne veut plus voir ça. Depuis 2013, elle a mis en place un arsenal de mesures urbanistiques qui obligent les propriétaires à respecter des normes strictes pour leurs logements. Et ce n'était pas encore suffisant, nous explique Ornella cencig, l'échevine du Logement. "On se retrouvait parfois avec quatre chambres et un séjour qui comprenait une cuisine, un salon et une salle à manger… le tout sur moins de 12 m². Ou encore des salles de bains de moins de 2 m²…"

Dès le 1er janvier prochain, toute pièce de moins de 4 m² sera considérée comme inhabitable et, par exemple, un appartement 2 chambres devra avoir 80 m² au lieu de 60 m² actuellement.

En deux ans, la Ville a effectué plus de mille contrôles. 300 logements doivent être réaménagés. On trouve des marchands de sommeil, mais pas que cela. "Il y a – et on le sait parce qu’on travaille en étroite collaboration avec le parquet – des marchands de sommeil qui veulent exploiter la misère humaine sur notre territoire. Et puis, il y a ceux qui souhaitent pouvoir subdiviser un de leurs biens."

La Ville va continuer cette politique de contrôles intensifs des logements, aux répercussions multiples. "Si le logement est de qualité, il y aura inévitablement des facteurs (comme la sécurité et la propreté) qui seront améliorés."

Et l'échevine confirmera que plusieurs grandes villes wallonnes ont émis le souhait de pouvoir s'inspirer de cette politique carolo novatrice.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK