Charleroi: peines confirmées avec sursis partiel pour les gérants d'Immo Model

Les gérants de la société Immo Model, qui avaient écopé de 37 mois et cinq ans de prison ferme par défaut, ont bénéficié d'un sursis partiel, dans le jugement rendu ce mercredi par le tribunal correctionnel de Charleroi.

Dans le jugement prononcé en juin dernier en l'absence de Guy M. (Moreau), Désirée D. (Delval) et de leur fils Antoine, le tribunal avait reconnu les préventions d'escroquerie établies à charge des prévenus qui, de 2006 à 2013, avaient empoché des acomptes conséquents auprès de clients, sans jamais leur rembourser. Le juge avait fustigé le fait que le couple se versait un traitement plantureux et menait un train de vie somptuaire alors qu'une quarantaine de personnes avaient été dépouillées et, pour certaines, ruinées.

Les prévenus, qui résident depuis lors à Argelès dans le sud de la France, étaient absents lors de leur procès. Guy M. avait écopé de 37 mois de prison ferme alors que Désirée D. se voyait condamnée à cinq ans. Leur fils s'en était sorti avec 12 mois de prison avec sursis. Le tribunal avait également prononcé la confiscation d'un million d'euros afin de pouvoir rembourser les victimes.

Revenus de France malgré le risque d'arrestation immédiate, le couple avait fait opposition au jugement. En aveux sur la matérialité des faits, ils avaient sollicité le sursis probatoire, à la condition unique de rembourser les préjudiciés.

Dans le jugement rendu mercredi, le tribunal relève l'extrême gravité des faits commis, et le préjudice subi par les victimes, certaines d'entre elles ayant été ruinées par ces agissements. Le tribunal évoque la "nocivité économique" des prévenus et estime que le délai mis à clôturer ce dossier était dû à sa complexité.

Désirée D., note le jugement, a tenu dans ces méfaits un rôle "central et déterminant", le deuxième prévenu faisant preuve, lui, "d'une négligence crasse", alors qu'il ne pouvait ignorer ce qui se passait. Guy M. a été condamné à 37 mois de prison avec sursis de cinq ans et 3.000 euros d'amende, les conditions probatoires prévoyant particulièrement le remboursement des victimes. Désirée D. a elle été condamnée à cinq ans de prison avec sursis pour ce qui dépasse deux ans, et 5.000 euros d'amende. Le tribunal confirme la saisie d'un million d'euros, destiné à indemniser les victimes de l'agence.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK