Charleroi: neuf personnes condamnées à un total de 43 ans de prison pour le vol de marchandises "free tax"

Vol et braquage commis au préjudice de la société Newrest Servair basée à Gosselies
Vol et braquage commis au préjudice de la société Newrest Servair basée à Gosselies - © Newrest

Le tribunal correctionnel de Charleroi a condamné neuf prévenus à des peines allant de douze mois avec sursis à dix ans de prison ferme. En 2017, une société de Gosselies, spécialisée dans le dépôt de marchandises "free tax" destinées aux aéroports, avait subi en un mois de temps un cambriolage et un braquage.

La nuit du 23 mars 2017, trois hommes pénétraient dans les entrepôts de la société Newrest Servair de Gosselies. Les auteurs avaient pu emporter de grandes quantités de parfum, cigarettes et bouteilles d'alcool. Un mois plus tard, un nouveau commando se présentait chez Newrest Servair. Cette fois, deux employés étaient présents et ont été menacés à l'aide de kalachnikov avant d'être ligotés. De nouveau, le stock de marchandises "free tax" a été embarqué dans une camionnette.

L'enquête a permis d'identifier neuf suspects, dont trois individus soupçonnés des faits les plus graves à savoir Rachid T., Marwane H. et Aydin A. Le premier avait déjà été condamné à 18 ans de prison par la cour d'assises pour des faits de grand banditisme et s'était fait remarquer par son évasion spectaculaire de la prison de Namur, au cours de laquelle il avait ligoté un membre du personnel.

A l'audience du tribunal correctionnel de Charleroi, le parquet a requis des peines de dix à quinze ans de prison contre les trois principaux prévenus et des sanctions de dix mois à deux ans pour les receleurs et les auteurs présumés du "simple" cambriolage. Le ministère public s'est notamment basé sur une téléphonie éloquente ainsi que sur les aveux, rétractés par la suite, de Marwane H. Des flacons de parfum au format "free tax" avaient en outre été retrouvés chez la plupart des prévenus dont une partie n'est concernée que par le recel des marchandises.

Les avocats de la défense avaient quasi tous plaidé l'acquittement, évoquant l'absence d'ADN, d'empreintes ou d'armes retrouvées lors des perquisitions. Ce mercredi, le tribunal a estimé que la présence de Rachid T. et Aydin A. sur les lieux du braquage n'était pas établie. Toutefois, la téléphonie démontre qu'ils ont participé activement aux faits. Rachid T., qui avait sollicité un congé pénitentiaire à la date des faits, a notamment fourni une camionnette à Marwane H. Il fut également actif pour les repérages et la planification. Le domicile d'Aydin A. a quant à lui servi de lieu de retraite après les faits. En ce qui concerne le "simple" cambriolage, les faits sont établis à l'égard de Nicolas L. (Lambotte), Michaël K. (Kreserve) et Janny S. (Suzan), ce dernier ayant d'ailleurs travaillé pour la société préjudiciée et fourni des renseignements tels que le code de l'alarme.

Le tribunal a finalement condamné les neuf prévenus à des peines allant de douze mois avec sursis à dix ans de prison, Rachid T. écopant de la peine la plus lourde.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK