Charleroi : les étudiants sont nombreux à vouloir travailler l'été

Jobs étudiants
Jobs étudiants - © Belga AFP - Frank Perry

Un demi million. C'est le nombre d'étudiants belges qui travaillent chaque année. La saison estivale est particulièrement propice pour gagner un peu d'argent.

A Charleroi, beaucoup de jeunes sont demandeurs d'un job d'été. "De ce côté-ci, j'ai aucun problème à trouver des étudiants. Par contre, mon mari a des magasins sur Bruxelles et en Région flamande, et là, c'est galère. On n'en trouve pas. Ici, dans cette région, j'ai vraiment aucun souci. J'ai l'impression que les commerçants de la galerie aussi ont chacun leurs étudiants cette année. On en voit beaucoup. Donc je pense qu'il y a de la demande malgré tout" explique Virginie Urbanski, gérante d'un magasin de Rive Gauche. 

Force est de constater que l'emploi étudiant est souvent une formule gagnant-gagnant. La gérante poursuit : "Cela donne un petit côté jeunesse à l'équipe et ils ont une bonne motivation. Nos étudiants font vraiment partie de notre équipe. Je pense qu'ils sont tous motivés pour travailler, pour aider leurs parents, pour avoir leur propre argent, et pour pouvoir en faire ce qu'ils veulent, tout simplement". Du côté des étudiants, nombreux sont ceux qui disent travailler pour gagner de l'argent, mais aussi pour s'occuper durant les vacances. Cela leur permet de se payer ensuite un voyage, d'acheter une voiture, un ordinateur portable ou alors de mettre de côté pour réaliser un projet à plus long terme. 

Quels sont les trucs et astuces ? Le centre Ener'J de Gilly aide les jeunes dans leurs démarches pour obtenir un job étudiant. Déborah Doucet souligne les points auxquels il faut faire attention : "Faire une lettre de motivation adaptée à l'employeur, faire un CV concis, les endroits où déposer les lettres de motivation, les agences interim et ce genre de choses."  

Les secteurs les plus demandés et les plus demandeurs sont l'horeca, les commerces et le secteur saisonnier.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK