Charleroi: le responsable technique du chantier "Rive gauche" inculpé

Le site de Rive gauche en mai 2015
Le site de Rive gauche en mai 2015 - © BRUNO FAHY - BELGA

Le responsable technique de la société Bison, qui chapeaute les activités du chantier du futur centre commercial "Rive gauche", a été inculpé lundi soir à Charleroi.

Il a été interpellé à l'occasion d'une nouvelle descente de l'auditorat du Travail, lundi, sur le chantier de ce futur centre commercial en construction dans le quartier de la Ville-Basse. A l'issue d'une longue audition par les enquêteurs et ensuite par le Juge d'instruction, Paul Dhaeyer, ce dernier l'a inculpé de traite d'êtres humains, d'infractions à la législation et aux obligations en matière de bien-être au travail. L'homme a toutefois été remis en liberté moyennant le respect de conditions extrêmement strictes en vue de permettre la poursuite de l'instruction.

Cette inculpation fait suite a celle qui était survenue le week-end dernier, et qui concernait le chef de chantier de "Rive gauche".

Des ouvriers égyptiens utilisés sur ce chantier s'étaient réfugiés, jeudi matin, sur une grue géante et refusaient d'en descendre en réclamant plusieurs mois de salaire impayé. L'inspection sociale et l'auditorat du Travail étaient descendus sur place et une enquête avait conduit à l'inculpation du chef de chantier, de nationalité kosovare et travaillant pour une société sous-traitante italienne. Il a été inculpé de traite des êtres humains, infractions à la législation sociale et aux législations relatives au bien-être au travail. Il avait été placé sous mandat d'arrêt et incarcéré à la prison de Jamioulx.

L'enquête s'est poursuivie pour aboutir, lundi, à cette nouvelle interpellation et à cette deuxième inculpation. Il semble que les arriérés de paiement dus aux travailleurs en activité sur ce site se montent à environ 400 000 euros, l'enquête devant maintenant établir quel élément de cette cascade de sous-traitants n'a pas rempli ses obligations sociales.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK