Charleroi : le musée BPS22 renouvelle sa convention avec le CPAS

Plusieurs études l’ont démontré : les personnes fragilisées socialement et économiquement s’éloignent de la culture. C’est la raison qui a amené le CPAS de Charleroi et le BPS22, le Musée d’Art de la Province de Hainaut, à renouveler une convention de partenariat. L’objectif est de permettre à des personnes qui s’en sentent exclues de pousser à nouveau les portes des musées. Et même de participer activement à la vie culturelle.

Pierre-Olivier Rollin, directeur du BPS22, est convaincu de l’utilité de cette convention : "J’ai toujours défini le BPS 22 comme un lieu qui devait former des CRACS, c’est-à-dire des Citoyens Responsables Actifs Critiques et Solidaires, et qui viennent au musée d’une certaine manière pour réfléchir au monde dans lequel ils vivent. Si on ne touche que les amateurs d’art, l’objectif n’est pas atteint, on doit essayer au maximum de s’adresser au plus grand nombre. On avait eu une fois un groupe du CPAS qui a participé à un de nos projets d’activités et il y a une personne qui a suivi ces activités et qui, l’année suivante, a demandé à revenir bénévolement comme élément libre extérieur parce qu’elle s’était bien plu. Elle s’était rendu compte que l’accompagnement de jeunes l’intéressait et elle a suivi ce processus. On a aussi des gens qui reviennent seuls au musée qu’ils connaissent. Et qui disent être venus l’année passée mais qui aimeraient bien voir ce qu’il y a maintenant. Et donc, ils refranchissent la porte d’une institution culturelle. Et là, c’est la preuve qu’on réussit nos missions."

L’an dernier, 2.500 personnes ont pris part aux activités organisées par le BPS22 dans le cadre de la convention avec le CPAS de Charleroi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK